Vin de Bourgogne. Cultivant le secret à l'envi, le Domaine de la Romanée Conti est l'objet d'un film, "Quatre saisons à la Romanée Conti" diffusé ces jours-ci sur France 3 (1).

Le réalisateur, Thomas Bravo-Maza, journaliste à La Revue des vins de France, rencontré dernièrement tout près du domaine, à Vosne-Romanée (Côte-d'Or) a mis trois ans pour convaincre Aubert de Villaine et Henry-Frédéric Roch, les cogérants, à promener sa caméra dans les vignes et la cuverie.

Vin de Bourgogne le plus réputé, il est aussi le plus rare : 1 ha 80 a 50 ca de vignes produisant environ 6000 bouteilles par an.

Le secret ou, préfère dire le réalisateur, «la discrétion» cultivée par les propriétaires ne sont pas étrangers à la conotation de luxe et de spéculation qui entoure ce grand cru de la côte de Nuits-Saint-Georges.

Les journalistes de Traces Ecrites News se sont entendus répondre aimablement que la maison ne donne aucune information économique. La société ne publie d'ailleurs pas ses comptes.

Plus de 500 euros la bouteille

«C'est le vin le plus cher au monde, devant les Yquem et Pétrus. Combien l'une de ses bouteilles vaut-elle ? Tout dépend du millésime et des circonstances», écrit Jean-François Bazin, dans son livre "La Romanée Conti" (Editions Jacques Legrand, 1994).

Une bouteille de Romanée Conti peut dépasser 5000 euros à la sortie de la propriété et plus de 15 000 euros dans un restaurant parisien.

Pour se l'offrir, il faut d'abord obtenir une allocation auprès du domaine, c'est à dire trouver une place sur la liste des acheteurs, ou plus exactement, s'accorder la possibilité de réserver un futur millésime.

Utilisé dans bien d'autres domaines, ce système est l'assurance de vendre tous les ans (bonnes et moins bonnes années) la totalité de la production.

Concernant la Romanée Conti, le destockage n'est pas la motivation première, car la demande dépasse l'offre.

Sorte de privilège et de carte de fidélité, il fixe des règles non discutables.

En l'occurrence, l'obligation d'acheter une caisse de 12 bouteilles qui contient une seule de Romanée Conti, les autres étant des vins du domaine (la Tâche, Richebourg, Grand-Echezeaux, Romanée Saint-Vivant…). Le prix: 8000 euros.

La clientèle constituée d'amateurs et de collectionneurs ont largement contribué à en faire l'objet d'une spéculation depuis les années 80.

En plus de belles images, le film de France 3 nous apprend comment le domaine travaille depuis 20 ans, avec des techniques de production bio, et par petites touches en biodynamie.

«J'ai été frappé par le contraste entre l'image portée par la Romanée Conti et la simplicité, l'austérité parfois, avec lesquelles on fait le vin, avec très peu de technologie et de mécanisation», témoigne Thomas Bravo-Maza.

(1). Diffusion : samedi 22 janvier 2011 à 15h25 sur France 3 Bourgogne, Franche-Comté, Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes et Auvergne, lundi 24 janvier à 0h35 sur le réseau national, mardi 8 février à 8h45 sur France 3 Bourgogne, Franche-Comté, Nord Pas-de-Calais, Picardie, Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine, samedi 19 février à 15h25 sur France 3 Lorraine.

Rediffusion sur le site www.france3.fr région Bourgogne, du lundi 24 janvier au lundi suivant.

Film de 52 mn coproduit par France 3 Bourgogne et La Compagnie des Phares et Balises.

www.romanee-conti.fr

Commentez !

Combien font "2 plus 7" ?