CÉRAMIQUE/SAÔNE-ET-LOIRE. Ressuscitée il y a deux ans, La Manufacture de Digoin Grès et Poteries a repositionné les articles culinaires traditionnels en grès sur le segment de la décoration.
Son adossement au réseau Entreprendre Bourgogne, dont elle est l’une des lauréates 2016, vise un élargissement de la gamme vers la poterie de jardinerie. Toujours dans l’univers du bel objet.

 

jaune
Gamme traditionnelle de pterie culinaire en grès revisitée  ©JM Palisse.

 

Elle aura résisté pendant presque deux ans aux sollicitations du réseau Entreprendre Bourgogne qui voulait donner un coup de pouce à une reprise inespérée à la barre du tribunal de Mâcon.

 

Depuis le début du 19ème siècle, Digoin Céramique, l’ancien nom de La Manufacture de Digoin Grès & Poterie ainsi qu’une quarantaine d’autres fabriques entre Digoin et Paray-le-Monial faisait de cette région du sud-ouest de la Saône-et-Loire, un creuset de la céramique culinaire.


Finalement, au début de l’été, Corinne Jourdain Gros cède aux sirènes de l’association d’entrepreneurs qui accompagne bénévolement les nouveaux chefs d’entreprise et finance leurs projets sous la forme de prêts d’honneur.

 

Elle a été cooptée le 5 juillet dernier à l'occasion de la soirée des lauréats, grand rassemblement de chefs d'entreprises qui a eu lieu cette année dans un lieu insolite, le Cercle Hippique Dijonnais.

 

potier
Une grande partie des poteries sont façonnées à la main. ©JM Palisse.

 

« Avant, je voulais remettre les machines et les fours en état de fonctionner et relancer les anciens clients », explique cette jeune femme qui vient d’être désignée lauréate 2016 parmi une quinzaine de créateurs et repreneurs d’entreprise.

 

Improvisée potière, Corinne Jourdain Gros qui avait démarré une carrière dans la publicité, met tout son sens du marketing au service d’une tradition.

 

La manufacture reprend le catalogue historique d’objets du quotidien en grès : vinaigriers, fontaines, percolateurs, pots à graisse, saloirs, pots moutarde, terrine. Et les remet au goût du jour.

 

banquepopulaire


Sans perdre leur usage, les ustensiles culinaires aux tons monocordes du grès naturel, deviennent aussi objets de décoration. La dirigeante les émaille en jaune vif, joue les contrastes entre le grès brut et laqué gris nuit.

 

La célèbre terrine bestiaire se teinte en bleu ; les saloirs, d’une couleur crème ; les pots de moutarde deviennent noirs mat. A la rentrée, elle présentera une collection rouge vif pour Habitat.

 

Une collection pour jardiniers urbains

 

avantemaillage
Poteries stockées avant émaillage. ©JM Palisse.

 

Sitôt l’entreprise rachetée en juillet 2014, sa nouvelle patronne embauche 10 anciens salariés. Un effectif qui a doublé depuis. Le premier exercice de 16 mois clôt en décembre 2015 se solde par un chiffre d’affaires d’environ 850.000 €, à un niveau tout à fait satisfaisant pour la dirigeante.

 
Volontairement, elle ne cède pas au jeunisme ; au contraire, elle choisit des potiers expérimentés et porteurs de l’histoire de l’entreprise, qui pourront transmettre leur savoir-faire aux jeunes.

 

« La manufacture développe une technique très spécifique semi-artisanale, l’émaillage est fait à la main et certaines pièces sont également façonnées manuellement ».


La pâte de grès est fabriquée intégralement dans ses ateliers, à partir de carrières d’argile de Saône-et-Loire et de l’Allier tout proche. La cuisson des pièces se fait à haute température, 1.250 degrés.

 

exercice_illegal_boucle

 

jourdain
Corinne Jourdain Gros. ©Traces Ecrites.

Après la phase de repositionnement des collections, Corinne Jourdain Gros pense maintenant les élargir, toujours sur le haut gamme.

 

Elle projette de travailler avec des designers et de créer une collection de poteries de jardinerie pour les urbains.


C’est pourquoi l’appui du réseau Entreprendre Bourgogne devient opportun. Le parrain de l’entreprise est Jean-Philippe Guyot, dirigeant de la Société Européenne d’Abrasifs (SEA) à Replonges, près de Mâcon.

Commentez !

Combien font "8 plus 8" ?