ACIERIE. Mis à jour 14-11-2012 à 21 h 30. Deux personnes ont trouvé la mort, ce 14 novembre, chez Aperam, à Imphy (Nièvre).

Le syndicat CGT dénonce un «défaut de compétences et d’emplois stables».

Près de 20% du personnel du site nivernais relève de l’intérim, soit 123 personnes.

Le fabricant d’aciers spéciaux augmente d’année en année son volume de production et investit dans de nouveaux fours. Relire à ce propos notre article : Aperam fait un double four à Imphy

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

L’accident qui a fait deux morts, ce matin vers 8 h0, chez Aperam Alloys Imphy, fabricant nivernais d’acier en fils, barres, feuillards et feuilles, aurait-il pu être évité ? L'enquête judiciaire en cours le dira.

S'il provoque une profonde émotion parmi tout le personnel le l'aciérie, il suscite aussi pas mal d'irritation.

Et notamment chez Bernard Daguin, délégué CGT, qui dénonce depuis longtemps un «défaut de compétences et d’emplois stables» dont souffre à ses yeux le site du sidérurgiste, en partie propriété de Lakshmi Niwas Mittal, président d’ArcelorMittal.

Les deux personnes décédées par asphyxie travaillaient dans l’atelier d’aciérie, là où s’élabore le métal, sur de nouvelles installations en cours d’essais.

Plusieurs équipements nécessitaient une intervention par une société extérieure, notamment dans un four expérimental d'environ 3 mètres de haut, à l'arrêt depuis 48 heures. Le taux d'oxygène y avait été abaissé, en bas de cuve, par l'injection d'argon, un gaz lourd, permettant la fabrication de l'acier.

En dépit d'une ventilation du four pendant 48 heures, le taux d'oxygène était resté très bas, ce qui a asphyxié l'opérateur intervenant (62 ans), de la société belge de maintenance Furiref.

Le drame, lié à ce manque d’oxygène, a également touché un employé d’Imphy, âgé de 41 ans, venu à son secours.

Selon nos confrères du Journal du Centre qui ont interrogé la gendarmerie : il n’y aurait pas eu «d’émanation de monoxyde de carbone».

«Dans ce secteur de notre usine, on dénombre un salarié Aperam pour quatre intérimaires», regrette le cégétiste qui, le 15 juin dernier, avait déjà eu l’occasion de pointer cette situation, jugée à risque, devant Philippe Darmayan, le directeur général d’Aperam depuis 2011.

Augmentation de la production d’acier

Plus d’une trentaine d’embauches ont bien eu lieu depuis le début de l’année, mais ils sont, aux yeux du représentant des salariés, «notoirement insuffisants».

Ces recrutements portent l’effectif total à 670 personnes, auxquels s’ajoutent 123 intérimaires.

Car l’unité, connue entre autres pour produire une alliage spécial, baptisé Invar, qui recouvre les cuves des méthaniers, tourne plutôt bien. De 25 000 tonnes d’acier produites en 2009, elle réalise aujourd’hui 35 000 tonnes.

Les investissements suivent pour renforcer l’outil industriel. Pas moins de 20,5 millions d’€ ont servi à acquérir un second four à  induction qui renforce le four sous vide d’une capacité de 10 tonnes.

En équipement secondaire, un second four de refusion sous laitier a été également acheté.

Opérationnels cette année, ils doivent permettre de doubler la capacité de production de certains alliages spéciaux.

Commentez !

Combien font "9 plus 8" ?