Energie. Le parc éolien de Massingy-lès-Vitteaux, dans le nord de la Côte-d'Or, dont le premier coup de pelle a été donné le 17 juin n'est que le 3ème de Bourgogne (1). Édifié par EDPR Renewables, filiale française du groupe portugais EDP, il devrait être suivi de bien d'autres si l'on en croit l'ambition de la région Bourgogne d'attirer sur son territoire 1500 mégawatts en 10 ans.

D'une capacité de 21,6 mégawatts, les 12 éoliennes de Massingy-lès-Vitteaux (Côte-d'Or) étendues sur la commune voisine de Marcellois seront opérationnelles à la fin de l'année. Cet investissement d'une vingtaine de millions d'€ génèrera de l'électricité pour l'équivalent de 19 200 habitants.

Les 6 mois de chantier sont extraordinairement courts par rapport aux 7 années de gestation. Et encore, précise le directeur général d'EDPR Renewables, ce projet n'a pas connu trop d'écueils !

Un recours au tribunal administratif émanant de riverains, qui fut finalement retiré, a bloqué le projet pendant un an. L'obtention du permis de construire, assorti d'une enquête publique, a pris un an et demi. Les trois autres années ont été consacrées à la préparation du projet, depuis la consultation des maires et de la population, jusqu'aux études technique et économique.

Schéma régional en cours

Il a fallu notamment plus d'une année pour vérifier le rendement des éoliennes. Dépendant de la vitesse et de la fréquence des vents à un emplacement donné, il doit se mesurer sur les quatre saisons.

«En dépit des fortes ambitions du Grenelle de l'environnement, il est difficile de faire de l'éolien en France», témoigne Frédéric Lanoe, directeur général d'EDPR Renewables.

Le 3ème producteur d'énergie éolienne terrestre au monde a des éléments de comparaison. La moitié de son parc est implanté en Europe, l'autre sur le continent américain. En France, il exploite 25 parcs qui produisent l'équivalent de 2 fois la consommation d'électricité d'une ville comme Dijon.

«Il y a beaucoup trop de contraintes en France, renforcées récemment par l'inscription des parcs éoliens dans les installations classées ; les radars sont un obstacle alors qu'ils ne posent pas de problème en Belgique, et le dépôt de recours est quasi systématique», explique le dirigeant qui plaide pour un toilettage de la juridiction.

L'opérateur attend également avec impatience les schémas régionaux qui figeront les zones favorables au développement de l'éolien. Celui de Bourgogne est en cours d'élaboration. Selon lui, la dimension culturelle n'est pas anodine.

«On accuse les parcs éoliens de détruire le paysage, or aujourd'hui reproche t-on aux châteaux d'eau de d'enlaidir nos campagnes

Plusieurs sites à l'examen en Bourgogne

Contre vents et marées, EDPR Renewables entend poursuivre son chemin dans l'Est de France. En Champagne-Ardenne et en Lorraine, championnes de l'éolien (2), en Franche-Comté -région cependant beaucoup moins ventée-, et en Bourgogne.

Membre du cluster éolien animé par le fabricant dijonnais de mats Céole qui d'ailleurs fabrique les mats de ce parc, la société déclare examiner de près plusieurs sites en Bourgogne, encouragée par le soutien politique (mais pas financier) du conseil régional.

La collectivité territoriale plaide pour l'alimentation en électricité éolienne d'un million d'habitants en 2020. Le chemin est encore long : pour ce faire, il faudra implanter 600 à 700 mâts, soit une puissance de 1500 mégawatts. Les 41 mâts implantés ou en cours d'installation, représentent aujourd'hui 94 mégawatts.

(1) Saint-Seine-L'Abbaye (Côte-d'Or), 25 éoliennes exploitées par Éole Res et Les Clérimois, dans le Sénonais (Yonne), 4 éoliennes récemment mises en service par Poweo Énergies.

(2) Avec un parc de respectivement 400 et 300 mégawatts.

3 commentaire(s) pour cet article
  1. wind for futuredit :

    Bonjour, Je tiens à rappeler quelques règles qui s'imposent sur l'éolien. L'implantation d'éoliennes est soumis à des contraintes fortes mais légitimes sur la partie relative rapport aux couloirs de migration des oiseaux, aux chauves souris et autres espèces. Les zones d'implantation d'éoliennes n'ont pas vu de diminution de fréquentation de la faune et la mortalité d'oiseaux n'est pas avérée. On ne peut habiter sous des éoliennes, la distance minimum par rapport à une habitation est de 500 mètres et bien souvent supérieur dans la plupart des cas. Dois-je également rappeler que la zone concernée est proche du poste électrique majeur en Bourgogne celui de la Chaleur, sur la commune de Viel Moulin, d'où partent plusieurs lignes à très hautes tensions et que l'on y trouve une concentration très forte de pylônes. L'éolien est aujourd'hui une source d'énergie propre à un coût compétitif inférieur à celui payé par le consommateur. Il est en pleine innovation, les rendements ayant été multiplié par 10 en moins de 20 ans. L'aspect esthétique peut être discuté, néanmoins les acteurs de la filière concentrent leurs efforts sur l'intégration paysagère, la réduction de nuisances (les émissions accoustiques sont devenus négligeables). Enfin les flashs lumineux cités ont pour vocation entre outre de prévenir les oiseaux migratoires de leurs présence et n'affectent pas le champ de vision des riverains situés à 500 mètres. Nous sommes favorables à la tenue de référendum qui sont généralement très favorables à l'éolien et ne souhaitons évidemment pas implanter des éoliennes là où l'acceptation du projet par la population n'est pas majoritaire.

  2. Raouldit :

    Voilà, j'habite sous les éoliennes qui seront prochainement installées à Marcellois. M. Patriat, président du conseil régional, dit que les éoliennes ne sont pas installées sur des couloirs d'oiseaux migrateurs. C'est archi faux. A l'endroit préçis où l'on est en train de terrasser pour implanter une éolienne sur le plateau de Marcellois, j'ai vu il y a deux ans, en hiver, un groupe de 50 grues cendrées en pose migratoire dans ce même champ. J'ai également vu des cigognes blanches et, rareté en France , des noires. Petit à petit, les oiseaux migrateurs trouveront de moins en moins d'endroits pour se poser sur les plateaux de plus en plus équipés d'éoliennes. Il y a tant de mensonge sur l'éolien.... Que l'on fasse un référendum pour ou contre les éoliennes, et l'ont verra que la majorité des français sont contre. A savoir aussi, les éoliennes clignotent la nuit et attirent constamment l'oeil, comme un flash. En conclusion, on peut toujours trouver de bonnes raisons pour construire, urbaniser, industrialiser au nom du progrès, au nom de la fausse écologie,.. mais pendant ce temps là, petit à petit, les paysages s'enlaidissent, deviennent de moins en moins sauvages et l'homme... de moins en moins heureux. Personnellement, voir 50 grues cendrées en pose migratoire dans la neige, cela me rend heureux. Voir à la place, 3 éoliennes, cela me rend triste...

  3. beaulieudit :

    Très intéressant cet article.

Commentez !

Combien font "7 plus 2" ?