MENUISERIE/BAS-RHIN. La PME spécialisée dans l'agencement vient de mettre en route une ligne de production qui obéit aux codes de l'industrie du futur. 

C'est dans la partie amont du process que la métamorphose revêt son visage le plus spectaculaire avec un stockeur automatique qui l'alimente en continu. A peine un panneau est-il coupé que le suivant prend sa place.

 

archebois
La modernisation a porté sur toutes les phases du process : plaquage de panneaux de bois en aggloméré, usinage, moules, thermoformage, et sur la photo, impression de motifs par la technique de la sublimation. © Stadler.

 

L'usine 4.0 n'est pas que géante. Les PME s'y mettent, conscientes qu'elles peuvent y trouver un moyen de faire fructifier leur atout naturel d'agilité. Tel est l'état d'esprit qui a animé Denis Clément en engageant dans cette voie sa société LDC Agencement – L'Arche du Bois.

 

Début juin, la menuiserie de 30 salariés de Niederhaslach (Bas-Rhin) a mis en route une ligne de production qui obéit aux codes de l'industrie du futur. Elle a mobilisé 1 million d'€ et concrétise un processus d'adaptation long de trois ans, débuté par la plongée dans le lean management.


Spécialisée dans l'agencement d'espaces, surtout intérieurs (cuisines, salles de bains...), et la création de mobilier, L'Arche du Bois s'est étendue de 500 m2 pour compter 4.000 m2. Elle a réparti son effort de modernisation sur toutes les phases de son process : plaquage de panneaux de bois en aggloméré, usinage, moules, thermoformage, impression de motifs par la technique de la sublimation qui permet de créer des décors appréciés des endroits les plus branchés.

 

Kremernouvellepub

 

 

C'est dans la partie amont que la métamorphose revêt son visage le plus spectaculaire. Le stockeur automatique fourni par Biesse France optimise l'organisation du flux de matière première à son entrée. « Il permet son alimentation en continu, à peine un panneau est-il coupé que le suivant prend sa place », argumente Marco Conti, responsable produits sciage de ce fabricant.

 

 

archeboisthermoformage
Le poste de thermoformage. © Traces Ecrites.

 
« Cela nous procure une réponse plus rapide aux commandes et une grande souplesse en cas de changement impromptu dans les commandes », ajoute Denis Clément. Ainsi, l'ordre d'empilement des panneaux peut être modifié presque instantanément, selon qu'une dimension devient prioritaire à réaliser. L'opérateur est réaffecté au pilotage du process ou à d'autres tâches, de transformation et finition.


Juste après le stockeur, le plaquage des panneaux est entré lui aussi dans une nouvelle ère numérique. « Il en résulte de la simplicité, de l'ergonomie, une meilleure qualité de finition notamment pour la résistance à l'humidité et aux variations de température. Nous pouvons aussi mieux répondre à l'individualisation des lots, conséquence de la fragmentation croissante des demandes », décrit Lionel Chatain, chef produit plaquage.


La conception a bien sûr été un maillon-clé. Au sein du bureau d'études de six personnes, « les plans en 3D sont devenus la norme », souligne Denis Clément.

 

Un diagnostic industriel proposé par la Région Grand Est

 

harasstrasbourg
Une des dernières réalisations de L'Arche du Bois : l'escalier de la brasserie des Haras à Strasbourg. © L'Arche du Bois.

 

L'Arche du Bois réalise un chiffre d'affaires de 4 millions d'€, dans les applications principales d'hôtellerie (comme l'Hôtel des Haras de Strasbourg), restaurants, magasins (celui de la Cristallerie de Saint-Louis en Moselle) ou de santé (CHU de Hautepierre et clinique de l'Orangerie à Strasbourg...)


Outre le lean, sa transformation a débuté par un « diagnostic de performance industrielle ». D'un montant de 200 000 €, il a été l'un des premiers à avoir été mis en œuvre par son promoteur, la Région Grand Est.

 

cdjura

 

La collectivité territoriale se fixe pour objectif d'accompagner de la sorte 100 à 150 entreprises du secteur industriel chaque année par ce passage en revue de l'outil de production, de l'organisation industrielle, du recours aux nouvelles technologies...


« Notre plan Industrie du Futur s'articule autour de deux autres axes : identifier les offreurs de technologie pouvant accompagner nos PME et développer une communauté des leaders qui puisse faire profiter de son expérience et tirer vers le 4.0 les entreprises d'un bassin d'emploi », souligne Jean Rottner, président du conseil régional.

 

archeboisdirigeant
© Traces Ecrites.

Qui est Denis Clément ?

 

Du câble au bois, c'est le parcours en résumé de l'entrepreneur de 50 ans. Ingénieur télécom de formation (il est diplôme de Télécom Lille), Denis Clément a débuté sa carrière dans les temps pionniers de la téléphonie mobile, pendant une vingtaine d'années, dans le groupe qui s'appelait encore la Générale des Eaux et lançait SFR, puis chez Bouygues Télécom.

Peu emballé par la perspective de rejoindre l'Ile-de-France dans le cadre de son évolution de carrière, le Messin d'origine s'est posé en 2009 la question de « faire autre chose ».

Alors adjoint à l'urbanisme et au développement économique de la commune de Rosheim (Bas-Rhin), « l'idée a germé en moi de piloter aussi en entreprise, de devenir plus maître de ma destinée ». Il s'est fixé toutefois un « cahier des charges » précis d'entreprise à reprendre : une PME d'une quinzaine de salariés, orientée vers les dimensions architecture et design, avec un cédant prêt à l'accompagner dans un premier temps.

L'Arche du Bois a répondu à ces points et Denis Clément en a repris le fonds de commerce et constitué la nouvelle société LDC Agencement – L'Arche du Bois.

Commentez !

Combien font "4 plus 1" ?