Les journées Granvelle de Besançon, alias Davos dans le Doubs, se tenaient les 18 et 19 février, à la Maison de l’Économie. Ce temps de réflexion pour le milieu économique local, organisé par la CCI du Doubs et Grand Besançon Métropole, est toujours l’occasion d’éclairer le monde économique et son futur. Cette année, l’économiste et sociologue Pierre Veltz s’est attaché à déconstruire les mythes de la désindustrialisation française. Selon lui, la France ne se désindustrialise pas, mais la nature de son industrie se transforme. Au concept de monde post-industriel, il préfère celui d’hyper-industriel.

Grand observateur de la vie économique et sociale du pays, Pierre Veltz affiche un CV de premier de la classe : polytechnicien, ingénieur des Ponts – école qu’il dirigera –, économiste et sociologue à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales). Son passage le 19......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business
1 commentaire(s) pour cet article
  1. Claude Lamoureuxdit :

    Bravo pour cet article plein d’optimisme...je souscris à 100% à l’analyse. Ce que l’article ne dit pas, c’est que le succès de cette belle Région est le résultat de 30 ans de lobbying auprès des investisseurs potentiels dont je faisais partie.

Commentez !

Combien font "7 plus 1" ?