TRAITEMENT DE SURFACE/HAUT-RHIN. L’univers du traitement de surface est si vaste que le client peut s’y perdre… Mais le fournisseur aussi : vouloir courir tous les lièvres à la fois conduirait à l’échec !
Tel est le raisonnement que tient Impreglon France. La PME de 34 salariés de Pulversheim (Haut-Rhin) se concentre sur quelques technologies, un mix entre des « valeurs sûres » du traitement de surface et des niches plus récentes promises à bel avenir.

 

impreglonthermique
Le traitement de surface par projection thermique constitue à la fois l’activité la plus importante et la plus historique du site créé en 1999.

 

Pour se développer, Impreglon France à Pulversheim (Haut-Rhin) s’appuie sur ses propres forces, celles de sa maison-mère allemande et, depuis deux ans, sur celles du groupe néerlandais Aalberts Industries qui a racheté Impreglon à ses fondateurs germaniques.

 

Cette transaction fait entrer l’entité haut-rhinoise dans une autre dimension. De filiale d’une solide ETI de 1.100 salariés et 150 millions d’€ de chiffre d’affaires, elle devient une composante d’un groupe de 14.700 collaborateurs au chiffre d’affaires proche de 2,5 milliards d’€.

 

« Cela nous ouvre de nouveaux marchés, à la fois vers des clients externes et à l’intérieur de notre nouveau groupe d’appartenance. Nous avons intégré la division Services à l’industrie d’Aalberts et notre actionnaire est en train de créer un réseau d’entités internes aptes à développer des synergies entre elles », décrit Aymeric Chamaux, responsable commercial à Pulversheim, venu cette année du monde automobile.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Mais dans ce vaste ensemble, la PME haut-rhinoise ne se sent pas perdue : Impreglon et Aalberts sont chacun la réunion de petites unités qui cultivent leurs atouts.

 

En l’occurrence, « nous nous concentrons sur trois procédés bien précis du traitement de surface : la projection thermique, le traitement anticorrosion par zingage lamellaire, les peintures polymères antiadhésives et anticorrosives par applications mono ou multicouches », expose le directeur général Benoît Pernet.


Une croissance de 15% du chiffre d’affaires

 

impreglondirigeants
Aymeric Chamaux, directeur commercial (à gauche,) et Benoît Pernet, directeur général d'Impreglon. © Traces Ecrites.

 
La projection thermique constitue à la fois l’activité la plus importante et la plus  historique du site créé en 1999. Mais Impreglon France sait en faire évoluer les technologies pour répondre aux opportunités et aux exigences nouvelles.

 

Quatre types de projection cohabitent dans ses ateliers : les plus conventionnelles à la flamme et à l’arc électrique (arc spray), celle à plasma pour des interventions à haute température jusqu’à 6.000 degrés, et plus récemment celle à haute vitesse dite HVOF : High Velocity Oxy Fuel.

 

impreglonpetitformat
Cabestan (treuil à axe vertical) rénové.

« La projection à haute vitesse est de plus en plus demandée et dégage les plus fortes valeurs ajoutées. Sa très faible porosité permet de retrouver des caractéristiques très proches du support d’origine, une fois celui-ci traité. »

 

Les secteurs les plus exigeants en sont adeptes : l’énergie (pour le revêtement de turbines), l’agro-alimentaire, l’aéronautique, etc. », poursuit Benoît Pernet. La HVOF s’accompagne de la « soudure de rechargement » pour des réparations de haut niveau technique.

 

Cette technique a concentré une bonne partie des investissements des dernières années (300.000 € en 2015, dans le cadre du plan de revitalisation du Centre-Alsace soutenu par les pouvoirs publics) aux côtés du laboratoire d’analyses en métallographie installé début 2016.

 

Cible sur l’ensemble de l’Est de la France

 

impreglonrotules
Traitement par zinc lamellaire sur des rotules de direction.

 

Le zingage lamellaire a également bien le vent en poupe, « notamment sur des pièces plus volumineuses », souligne le dirigeant. Ce procédé d’imprégnation-évaporation-cuisson-refroidissement trouve des applications « du prototype à la grande série, de la TPE à la multinationale ».

 

Le positionnement bien réfléchi porte ses fruits. Le site de Pulversheim vogue vers une croissance de 15 % de son chiffre d’affaires cette année, qui devrait l’amener à 4,4 millions d’€.

 

Son effectif s’est enrichi de trois embauches en 2016 et il souhaite poursuivre les recrutements.

 

pub-gif-juin-v10

 

Pour la PME, un vecteur de croissance passe par une présence plus marquée sur l’ensemble de l’Est de la France.

 

Forte de clients fidèles à proximité immédiate, ouverte désormais à des horizons mondiaux par son intégration à Aalberts, elle estime pouvoir encore développer son portefeuille dans les régions voisines de l’Alsace.

 

La gamme des secteurs d’activité d’application est presque infinie : elle comprend l’énergie, les biens d’équipements industriels, le ferroviaire, l’automobile, l’aéronautique, le BTP, l’agro-alimentaire, l’industrie électrique… pour ne citer que les principaux.

 

Les photos non signées ont été fournies par l'entreprise.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Ducosdit :

    Connaissez-vous le Cold Spray? Procédé de projection à froid permettant de réaliser des dépôts métalliques sans porosité, sans changement de nature ou de structure du matériau projeté sans limitation d'épaisseur. Si vous souhaitez recevoir des informations sur ce procédé vous pouvez me contacter sur mon mail. Cordialement Maurice Ducos

Commentez !

Combien font "3 plus 9" ?