Claudine Muller, responsable du site de Pulversheim et François Ehret, directeur général.
Claudine Muller, responsable du site de Pulversheim et François Ehret, directeur général.

ELECTRICITÉ. Vitales, les armoires électriques le sont dans toute activité économique. A plus forte raison pour les industries de pointe.

Depuis Pulversheim (Haut-Rhin), Arcade Industrie compte parmi les quelques entreprises capables de répondre aux exigences élevées de clients internationaux.

Dernier contrat, 300 armoires électriques équiperont le nouveau centre biotech du géant de la pharmacie Novartis à Singapour.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

La PME de 18 salariés forme le pôle fabrication d’armoires de distribution et commande électriques d’un petit groupe suisse du même nom dont les autres sites se consacrent à l’ingénierie et au suivi clients.

« Le métier d’origine, en 1992, de bureau d’études ingénierie en automatisme et construction mécanique a généré des besoins en armoires électriques que nous avons d’abord assurés en sous-traitance. Après la faillite du prestataire, nous avons décidé de reprendre la fabrication en interne, d’où la création de la société Arcade Industrie en 1999 à Pulversheim, non loin du siège d’Allschwil dans la banlieue de Bâle », relate François Ehret, le directeur général.

Trois autres implantations se sont ajoutées dans les années 2000 : deux à Dresde en Allemagne et une à Singapour.

L’ensemble des sociétés totalise 80 salariés pour un chiffre d’affaires de 30 millions d’€ en 2012, dont 2,5 millions d’€ pour la société française à Pulversheim (Haut-Rhin).

La liste des références du groupe est haut de gamme. Novartis, BASF, CSL Behring, Alstom, EDF, ABB, Samsung, le Suisse Hatebur, leader mondial des presses ou encore Spie et Clemessy figurent dans le portefeuille clients.

« Notre groupe sait répondre aux exigences les plus élevées. En Allemagne, Global Foundries (ex-AMD) nous a demandé la fourniture clé en main d’une installation de traitement qui puisse rendre l’eau ultra-pure, un paramètre indispensable à la fabrication de micro-processeurs », décrit François Ehret.

Dans cet univers qui tutoie le high-tech, Pulversheim ne dépareille pas. Lui aussi sait équiper les milieux complexes.

La PME de 18 salariés forme le pôle fabrication d’armoires de distribution et commande électriques d’un petit groupe suisse du même nom.
La PME de 18 salariés forme le pôle fabrication d’armoires de distribution et commande électriques d’un petit groupe suisse du même nom.

Une antenne à Singapour

Un superbe contrat récent le démontre : le site fabrique 300 armoires électriques pour Novartis, dont il équipera ainsi le nouveau centre biotech de Singapour.

Le marché - d’un montant non communiqué - se déroule en deux phases égales, sur cette année 2013 puis en 2015. Il a été remporté face aux majors de l’électricité industrielle tel Siemens, par le siège suisse qui s’occupe du management de projet.

Le droit à l’erreur n’existe  pas : « Chaque étape de réception fait l’objet d’une procédure rigoureuse propre à la pharmacie : le Factory Accceptation Test. Le client vérifie tout : qualité, conformité, fonctionnalité », décrit Claudine Muller, responsable du site de Pulversheim.

Habitué à fonctionner par une succession de gros contrats pluriannuels d’installation, Arcade Pulversheim avait fait ses preuves auprès du géant pharmaceutique : « Nous l’avions déjà fourni pour son Biotech de Huningue et son centre de production de Stein près de Bâle. De plus, la présence d’une antenne à Singapour a constitué un atout, elle apporte la garantie d’une assistance de proximité », souligne Claudine Muller.

La prestation permet d’occuper les 500 m2 d’ateliers les plus récents du site sur un total de 1500 m2.

 Arcade a l'habitude de travailler sur de gros contrats pluriannuels d’installation.

Arcade a l'habitude de travailler sur de gros contrats pluriannuels d’installation.

Elle réunit toutes les compétences de Pulversheim : montage, câblage, contrôle d’armoires intégrant les automates, l’instrumentation, les systèmes pneumatiques, la distribution basse tension, la gestion des moteurs, les ensembles de commande déportés et les coffrets auxiliaires.

Les fabrications partent chez des assembliers en Europe et aux USA pour s’insérer dans des modules préfabriqués qui parviendront clé en main à Singapour.

Crédit photos : Christian Robischon et Arcade

Commentez !

Combien font "4 plus 7" ?