INNOVATION. On connaît la boîte à idées dans laquelle les opérateurs déposent leurs suggestions qui peuvent faire économiser de petites sommes à l’entreprise.

Le fabricant franco-allemand d’installations électriques Hager en a inventé une autre, mais d’un calibre sans commune mesure avec ce qui se pratique d’ordinaire. Ici, les projets remontés du terrain se chiffrent jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Ils sont retenus au  terme d’une rude sélection que conclut l’ «Innovation Day», dont la 1ère première édition s’est tenue il y a quelques semaines près du siège français d’Obernai (Bas-Rhin).

Cinq idées ont été retenues au final ce jour-là par un jury de top managers du groupe. Hager les financera soit en cash, soit sous forme de mise à disposition à temps partiel ou complet des porteurs pour leur mise en œuvre. «Nous donnons du temps pour la mise en œuvre, de l’ordre d’un an», indique Franck Houdebert, directeur des ressources humaines (DRH) de Hager Group qui emploie 4 050 salariés, dont les ¾ en Alsace.

Les heureux élus sont les lauréats d’une compétition interne au niveau mondial, fort prolifique. L’appel à projets a suscité un millier d’idées émanant de 500 collaborateurs de 32 pays, dont la Chine et l’Australie. «L’objectif consiste à se concentrer sur quelques projets structurants pour le développement de l’entreprise, et non à saupoudrer l'aide», ajoute Franck Houdebert.

Une bonne partie des 11 000 salariés du groupe ont été invités pendant 6 semaines à porter leur appréciation et à voter sur un média social interne. Ce processus a abouti à pré-sélectionner 60 dossiers.

Des améliorations techniques substantielles

De proche en proche, il a débouché sur un dernier groupe de 20 projets, exposés et discutés à "l'Innovation Day" sous forme de stands classiques, et donc évalués par le jury. Ils étaient portés par un salarié en solo ou en petites équipes de 2 ou 3.

Sans entrer dans le détail du contenu qui se veut confidentiel, les sujets évoquent bien l’esprit de la boîte à idées. Hager n’attend pas que sorte du chapeau l’idée géniale débouchant sur un brevet révolutionnaire.

Ce serait trop prétentieux dans ce domaine traditionnel (armoires, tableaux et coffrets électriques, goulottes pour les câbles…) où les grandes innovations se font rares.

Le contenu porte sur des améliorations substantielles à la technique elle-même, dans l’utilisation des nouvelles technologies de communication ou les systèmes de sécurité, l’intégration des nouvelles énergies et des smart grid (les réseaux dits intelligents),  le traitement de l’air, etc…

En parallèle de la visite des stands projets, les participants ont pu suivre une série de conférences plus générales d’intervenants internes et externes, y compris des sociologues, sur l’innovation.

Histoire de stimuler la créativité qu’Hager a identifié comme vecteur de croissance depuis longtemps, bien avant les effets de mode.

En 2010, le groupe a généré un chiffre d’affaires de 1,42 milliard d’euros. Il est présent dans 55 pays et compte 5 sites de production en France.

Lire aussi : www.tracesecritesnews.fr/actualite/une-filiere-de-vehicules-electriques-se-branche-sur-lalsace-3239 Crédit photo: Hager Group

Commentez !

Combien font "2 plus 8" ?