Automobile. La toute nouvelle usine de 13 500 m2 que l’entreprise Gestamp a relocalisée l’an dernier pour 19 millions d’€ sur la commune de Champagney (Haute-Saône), à quelques kilomètres de Ronchamp son implantation historique, impressionne.

Et tout spécialement les acheteurs de PSA Peugeot Citroën qui en ont fait leur site d’étude pour décider du référencement de l’équipementier espagnol (3 milliards d’€ de chiffre d’affaires, 24 implantations industrielles, 18 000 salariés dans le monde) parmi ses «fournisseurs majeurs».

Choix judicieux ! «À l’issue de cet audit, l’ensemble du groupe a été labellisé le 21 février dernier et notre unité a reçu en outre, fin mars, par PSA, le prix de l’excellence industrielle», se félicite Michel Aguilar, directeur général de Gestamp Ronchamp (130 salariés).

La visite de l’atelier d’emboutissage à froid, doté de 14 presses de 200 à 1 500 tonnes, comme celui d’assemblage des pièces de structure des véhicules (renforts de suspension, passages de roue…), de sécurité (pédaliers, pare-chocs…) ou encore d’aspect (portières, pavillons, couvercles de coffres…), démontre que la distinction est méritée.

«Nous avons mis en place une démarche d’amélioration constante avec un espace spécialement réservé», explique Raoul Ringenbach, le directeur opérationnel.

Deux enfants du pays

Chaque matin ou, à tout moment, lorsque le besoin s’en fait sentir, les différentes équipes de production et les responsables du site se réunissent au milieu de l’usine, dans une grande salle vitrée, pour évoquer la priorité du jour, analyser et régler le moindre incident, déterminer les plans d’action futurs (*).

«Nous allons souvent au-delà des critères exigés par l’industrie automobile et demandons à nos propres fournisseurs d’en faire de même», assure Michel Aguilar. Avant de rejoindre le groupe Gestamp, cet homme de 43 ans, élévé à Morez, a fait toute sa carrière dans la lunetterie du Haut-Jura.

Raoul Ringenbach, originaire du Territoire de Belfort et son conscrit, est quant à lui un pur produit de l’entreprise. Entré avec un CAP de construction mécanique, il a gravi un à un les échelons pour être aujourd’hui le numéro deux de l’entreprise.

«Nous partageons les mêmes valeurs professionnelles», confesse ce dernier.

Cette complicité devrait leur permettre d’atteindre les objectifs ambitieux fixé par la direction centrale de l’équipementier : atteindre les 40 millions d’€ de chiffre d’affaires d'ici deux à trois ans, contre 28 millions actuellement.

Et, à 99% pour PSA car, «on est là pour eux, avec une unité parfaitement située dans le triangle d’Or des unités de Sochaux, de Mulhouse et de Vesoul, pour les pièces de rechange», soulignent-ils de concert.

(*) Et notamment la réalisation d’un programme de 4 millions d’€ d’investissement annuel ces deux prochaines années, par l’acquisition de nouvelles presses et l’installation de nouveaux îlots d’assemblage, pour répondre à la fabrication des futurs modèles Peugeot et Citroën.

Crédit Photo: Traces Écrites

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Félicitationdit :

    Félicitation, belle usine, 5S, lean manufacturing... Bon courage, et vive l'industrie en France!

Commentez !

Combien font "3 plus 7" ?