Pluie de récompenses cette année pour EcoGreenEnergy, fournisseur d’énergie verte notamment par la revalorisation de la chaleur fatale du cycle de production. L’entreprise de Strasbourg figure à nouveau au « Europe’s Fastest Growing Companies », le classement des 1.000 sociétés à plus forte croissance en Europe du quotidien britannique Financial Times. Elle est également au « Top 500 Les Echos-Statista » des entreprises françaises à plus forte croissance et à la première place dans l’environnement. Choisie parmi les 60 cheffes d’entreprises du best of 2019 de Traces Ecrites News, sa présidente Amandine Aubert a reçu aussi en mai le trophée Chef d'entreprise des Femmes de l'Économie en région Grand Est. Ce 3 décembre, elle a remporté la finale nationale des territoires qui se déroulait aux Salons Hoche à Paris dont les prix ont été remis en présence de Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes & lutte contre les discriminations. Alors que se tient jusqu'au 13 décembre à Madrid, la COP 25 qui réunit les pays signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, l'activité contribue à limiter l'impact carbone de l'industrie, principal composant des gaz à effet de serre.

 

hoche
Amandine Aubert, présidente d'EcoGreenEnergy, a reçu le 3 décembre à Paris, le trophée national Chef d'entreprise des Femmes de l'Economie

 
Article réactualisé de Julie Giorgi paru en juin 2019 dans le best of de Traces Ecrites News, consacré à 60 cheffes d'entreprises de Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est.


Ce n’est pas l’envie de devenir cheffe d’entreprise qui a poussé Amandine Aubert à créer EcoGreenEnergy en 2008, mais plutôt l’envie de participer à la transformation du modèle industriel et de le rendre plus vertueux. Originaire d’Ardèche, les valeurs de respect de l’environnement étaient aussi solidement ancrées dans le parcours de la jeune femme.
« Ces deux univers se sont rencontrés avec EcoGreenEnergy », raconte t-elle. Au départ, l’entreprise basée à Strasbourg, propose des audits énergétiques pour les industries. Mais très vite, la fondatrice et PDG se rend compte que suite à ses diagnostics, très peu d’industriels passaient à l’étape suivante, à savoir l’installation de solutions dans leur(s) usine(s).

 

bpalc 


Du coup, en 2011, Amandine change de business model pour apporter une solution clé en main. Freddy Rump rejoint l’aventure : il devient associé et gère la partie technique. Depuis, ce duo complémentaire enchaîne les contrats. Depuis cinq ans, EcoGreenEnergy affiche une croissance moyenne de 54%. Son chiffre d’affaires a fait un bond en 2018 de 8 à 14 millions d’€ et cette année, il va d’atteindre 20 millions d’€ avec une petite dizaine de nouvelles recrues pour un effectif d'une quarantaine de personnes.  La société continue de recrute : dessinateur DAO, concepteur de pièces mécaniques et chaudronnées, responsable études avant-vente, expert fluides...
« Je crois beaucoup à la mixité dans les entreprises. En étant un homme et une femme à la direction, nous sommes créatifs dans des domaines différents. Lorsqu’on met en place une équipe mixte à la direction ou au management, il s’installe une vraie performance économique », affirme Amandine Aubert.

Redécouvrir l'édition 2019 du Best of de Traces Ecrites News, 60 cheffes d'entreprises et l'article sur les trophées des Femmes de l'Economie du Grand Est.


Des entreprises qui consomment environ 500.000 € d’énergie thermique par an

ecogreenenergy
Exemple d'installation chez Ysco, fabricant de glaces, servant à la récupération de l'énergie des installations frigoriques pour les tours réfrigérantes. © EcoGreenEnergy

Le succès s’explique aussi par le business model : EcoGreenEnergy est  une des rares entreprises en France à proposer une prestation complète allant de l’étude à la mise en place de solutions techniques. Elle offre à l’industriel la possibilité de recycler les énergies perdues ou rejetées (gaz de combustion, eau de refroidissement…) pour alimenter ses process internes ou pour revendre cette énergie à des réseaux urbains. « Après une investigation gratuite sur son site, nous lui proposons une solution qui lui permet de réaliser entre 10 et 30% d’économie sur sa facture énergétique », assure la dirigeante.
La société alsacienne s’adresse à des industries d’une certaine taille qui consomment environ 500.000 € d’énergie thermique chaque année. Elle a déjà convaincu des groupes comme Peugeot, Danone, Caterpillar, Punch Powerglide, etc.

 

polevehiculedufuturtexte


EcoGreenEnergy souhaite se développer à l’export. Mais pas tout de suite. « Il y a trop à faire en France encore … », confie la dirigeante. Les marchés qui l'intéressent sont l'Italie car les prix de l’énergie restent élevés et les systèmes incitatifs sont similaires à la France. Ensuite, ce sera au tour du marché allemand. Dans l'immédiat, de nouvelles implantations commerciales sont  à l’étude à Lyon et dans le Sud-Ouest. La société possède déjà une agence à Nantes.
L’autre projet en cours est la construction d’un nouveau bâtiment : « un siège social en accord avec notre objectif de développement durable », indique Amandine Aubert. Il devrait utiliser un prototype de récupération d’énergie à base de... sel. Car pour l’entreprise, la diminution de l'empreinte carbone de l'industrie passe aussi par des projets en R&D


aubert

 

 

 


Qui est Amandine Aubert ?

Amandine Aubert, 40 ans, est diplômée d’un DESS de gestion industrielle et de gestion de l’innovation à Strasbourg et d’un MBA en management de l’Université de Laval (Québec). Elle a occupé un premier poste en tant que responsable achats dans une entreprise d’équipement industriel, puis en 2008, elle crée EcoGreenEnergy à Strasbourg.
Freddy Rump rejoint l’aventure en 2011 et devient son associé.

 

 Les Finalistes du Grand Est et de Bourgogne-Franche-Comté

Dans le Grand Est. Femme Chef d’entreprise prometteuse : Nikolina Apostolova Riehl, gérante de Stockbooking. Femme dirigeante, Bandine Tridon, directrice générale déléguée du groupe Labellemontagne. Femme Innovation sociale : Céline George, responsable support innovation et adjointe aux DGA chez Fédération médico-sociale. Femme digitale : Linh Tran, Chief marketing Officer chez Divacore. Femme Chef d’Entreprise : Amandine Aubert, PDG d’EcoGreenEnergy.

En Bourgogne-Franche-Comté. Femme Chef d'entreprise : Pascale Cartier, présidente et actionnaire, La Vie Saine. Femme diigitale : Marion Pageot, dirigeante d'Altagile. Femme dirigeante :  Anne Duigou, directrice générale, Casino JOA de Besançon, Doubs  (Prix remis par Harmonie Mutuelle). Femme Innovation sociale : Dominique Misserey, administratrice Trisomie 21 Côte-d’Or. Femme Chef d'entreprise promotteuse : Audrey Chaillet, co-fondatrice et directrice générale Vitavinum. Femme à l'international : Jeanne Marie de Champs, présidente de Domaines et saveurs Collection.

Commentez !

Combien font "8 plus 7" ?