Amandine Aubert, la dirigeante d’EcoGreenEnergy à Strasbourg, est lauréate Femme chef d'entreprise de la 5e édition des Trophées des Femmes de l’économie dans le Grand Est dont la remise des prix a eu lieu le 13 mai à la Maison de la Région à Strasbourg. L'entreprise qu'elle a créée il y a onze ans connaît ces dernières années, une croissance à deux chiffres. Une progression que la préoccupation grandissante des industriels de rendre leurs cycles de production plus vertueux, ne devrait pas démentir.

Ce n’est pas l’envie de devenir cheffe d’entreprise qui a poussé Amandine Aubert à créer EcoGreenEnergy en 2008, mais plutôt l’envie de participer à la transformation du modèle industriel et de le rendre plus vertueux. Originaire d’Ardèche, les valeurs de respect de l’environnement étaient aussi solidement ancrées dans le parcours de la jeune femme. « Ces deux univers se sont rencontrés avec EcoGreenEnergy », raconte-t-elle. Au départ, l’entreprise basée à Strasbourg, propose des audits énergétiques pour les industries. Mais très vite, la fondatrice se rend compte que suite à ses diagnostics, très peu d’industriels passaient à l’étape suivante, à savoir l’installation de solutions dans leur(s) usine(s).

 

BPALC


Du coup, en 2011, elle change de business model pour apporter une solution clé en main. Freddy Rump rejoint l’aventure : il devient associé et gère la partie technique. Depuis, ce duo complémentaire enchaîne les contrats. Aujourd’hui, EcoGreenEnergy emploie 38 salariés et son chiffre d’affaires a fait un bond en 2018 de 8 à  millions d’€. Cette année, elle prévoit d’atteindre 22 millions d’€ et d’embaucher une dizaine de salariés. Son carnet de commandes est déjà plein jusqu’au mois de septembre. 
Je crois beaucoup à la mixité dans les entreprises. En étant un homme et une femme à la direction, nous sommes créatifs dans des domaines différents. Lorsqu’on met en place une équipe mixte à la direction ou au management, il s’installe une vraie performance économique », affirme Amandine Aubert.


Des projets à l’export dès 2020

ecogreenenergy
Exemple d'installation chez Ysco, fabricant de glaces, servant à la récupération de l'énergie des installations frigoriques pour les tours réfrigérantes. © EcoGreenEnergy

Le succès s’explique aussi par le business model : EcoGreenEnergy est  une des rares entreprises en France à proposer une prestation complète allant de l’étude à la mise en place de solutions techniques. Elle offre à l’industriel la possibilité de recycler les énergies perdues ou rejetées (gaz de combustion, eau de refroidissement…) pour alimenter ses process internes ou pour revendre cette énergie à des réseaux urbains. « Après une investigation gratuite sur son site, nous lui proposons une solution qui lui permet de réaliser entre 10 et 30% d’économie sur sa facture énergétique », assure la dirigeante.
La société alsacienne s’adresse à des industries d’une certaine taille qui consomment environ 500.000 € d’énergie thermique chaque année. Elle a déjà convaincu des groupes comme Peugeot, Danone, Caterpillar, Punch Powerglide, etc.

 

polevehiculedufuturtexte


A partir de 2020, EcoGreenEnergy souhaite se développer à l’export. D’abord en Italie car les prix de l’énergie restent élevés et les systèmes incitatifs sont similaires à la France. Dans un second temps, la PME cible le marché allemand. Son objectif est d'atteindre de 5 à 10% de ventes à l’export. De nouvelles implantations commerciales sont également à l’étude à Lyon et dans le Sud-Ouest. La société possède déjà une agence à Nantes.
L’autre projet en cours est la construction d’un nouveau bâtiment : « un siège social en accord avec notre objectif de développement durable », indique Amandine Aubert. Il devrait utiliser un prototype de récupération d’énergie à base de... sel. Car l’entreprise a aussi des projets en R&DLes études et le chiffrage de l'investissement sont en cours et dépendront pour beaucoup du terrain acquis.

Qui est Amandine Aubert ?

ecogreendirigeants
Amandine Aubert et son associé Freddy Rump.
Amandine Aubert, 40 ans, est diplômée d’un DESS de gestion industrielle et de gestion de l’innovation à Strasbourg et d’un MBA en management de l’Université de Laval (Québec). Elle a occupé un premier poste en tant que responsable achats dans une entreprise d’équipement industriel, puis en 2008, elle crée EcoGreenEnergy à Strasbourg.
Freddy Rump rejoint l’aventure en 2011 et devient son associé.

Commentez !

Combien font "5 plus 8" ?