Provéa réalise des équipements spécifiques pour les fabricants de tubes.
Provéa réalise des équipements spécifiques pour les fabricants de tubes.

MÉCANIQUE. La filiale du Réseau Galilé, que préside Éric Michoux, veut renforcer son bureau d’études en recrutant un quatrième ingénieur.

Spécialisée dans la réalisation d’équipements clés en main pour les fabricants de tubes, Provéa est dirigée par Grégory Fricou.

Sa stratégie à trois ans devrait la conduire à développer des produits propres et partir à la conquête de marchés étrangers : Allemagne, Russie, Turquie...

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

D’une simple entreprise de mécanique générale, Éric Michoux, président du Réseau Galilé (*), a su transformer l’ancienne société MCM en un spécialiste d’équipements de production pour les fabricants de tubes de la Metal’Valley de Montbard : Valtimet, Valti, Valinox Nucléaire ou encore Salzgitter Mannesmann Stainless Tubes (SMST).

Rachetée en 2000, suite au départ à la retraite de son fondateur, l’entreprise implantée à Venarey-les Laumes (Côte-d’Or) et rebaptisée Provéa, prend progressivement ce tournant à partir de 2006 avec la venue de Grégory Fricou, recruté au bureau d’études et qui occupe dorénavant le poste de directeur général.

Depuis, elle renforce sa matière grise, car un autre ingénieur le rejoint courant 2008, lorsqu’il prend en main la direction industrielle. Un troisième est intégré en 2011 et un quatrième devrait suivre.

Car Provéa (2,5 millions d’€ de chiffre d’affaires espéré en 2013, 20 personnes) séduit aujourd’hui tous les plus grands « tubistes » de Bourgogne, mais également du Nord de la France et même d’Allemagne.

Un quatrième ingénieur doit venir muscler le bureau d'études.
Un quatrième ingénieur doit venir muscler le bureau d'études.

Difficultés à recruter en production

« Nous leur réalisons des installations de parachèvement, des bancs d’épreuves hydrauliques, des machines d’ébavurage, des coupes tubes… », énumère Grégory Fricou.

Reste que pour se développer, l’entreprise souffre d’une difficulté chronique : le recrutement de personnel qualifié en atelier, notamment des usineurs. « Ce n’est pas facile depuis que le lycée de Montbard a fermé sa formation en usinage », constate le directeur général.

Seul recours : la formation en interne sous contrat de professionnalisation avec un tuteur. Heureusement, le métier de chaudronnier suscite plus de vocations et deux jeunes ont récemment rejoint l’entreprise en CDD.

Tout en préservant ce savoir-faire auprès de sa clientèle, Provéa veut aujourd’hui aller plus loin. À trois ans, sa stratégie cible la conception de produits propres et la conquête de marché à l’international, Allemagne, Russie, Turquie…

(*) Relier nos autres articles sur les entreprises industrielles du Réseau Galilé : CLM Industrie et Escofier.

Grégory Fricou, en chemise blanche, dirige Provéa à Venarey-Les Laumes (Côte-d'Or).
Grégory Fricou, en chemise blanche, dirige Provéa à Venarey-Les Laumes (Côte-d'Or).

Qui est Grégory Fricou ?

Élevé dans les Vosges, Grégory Fricou est ingénieur en mécanique diplômé de l'Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM). Plutôt que d’intégrer un grand groupe, il opte pour une PME et Provéa qu’il intègre en 2006, sera son premier emploi. Responsable industriel de 2008 à 2010, il assume depuis la direction générale de l'entreprise.

Crédit photos : Traces Ecrites

             

Commentez !

Combien font "2 plus 9" ?