Le label « Entreprise du patrimoine vivant » est venu saluer cette année le travail du groupe Ober Surfaces, dans la Meuse. Cette distinction décernée par l’Etat valorise le savoir-faire de cette société cotée, spécialisée dans la fabrication de panneaux muraux décoratifs pour l’agencement intérieur. Visite en images.


Le magasin de matières premières d’Ober Surfaces abrite 500.000 m² de plaquage en bois brut, depuis le traditionnel chêne jusqu’à des essences précieuses comme l’ébène blanc d’Asie du sud-est ou le ziricote, un bois précieux d’Amérique du sud.
Installé à Longeville-en-Barrois, dans la Meuse, le groupe cultive l’excellence dans la fabrication de panneaux muraux décoratifs destinés à l’agencement intérieur d’hôtels de luxe, de yachts, etc. Il a été salué cette année par le label « Entreprise du patrimoine vivant » imaginé en 2005 par le ministère de l’Économie afin de valoriser les savoir-faire des industriels français.

 

salonindustriedufuturmulhouse

 


L’équipe de cadres dirigeants aux commandes de cette société de 430 salariés ans a orchestré la croissance d’Ober Surfaces sur les quinze dernières années. L’entreprise cotée sur Euronext Paris a mené à bien plusieurs acquisitions successives (Lire encadré) en vue d’élargir son panel de produits décoratifs.
Sa gamme compte désormais des décors en bois stratifiés, mais aussi en bois bruts, en béton, et en feuilles de stratifié design. Le catalogue a été renouvelé grâce à la collaboration de designers comme Matali Crasset, le studio 5.5, Patrick Jouin ou encore Patrick Norguet.

marquage
Des opérateurs prélèvent une feuille de plaquage dans chaque lot afin de lancer un panneau d’essai. © Philippe Bohlinger
jointeuse
Une jointeuse assemble les feuilles dont les bordures ont été préalablement massicotées et encollées. Cette opération permet de former les panneaux de 1,27 m de large pour 2,5 m ou 3 m de longueur. © Philippe Bohlinger

Depuis 1968, les panneaux en bois véritable stratifié demeurent le produit phare de l’entreprise. Ils sont assemblés sur le site de Longeville-en-Barrois qui emploie 110 personnes. « La scierie à l’origine de notre groupe s’était spécialisée dans les opérations de tranchage des bois nécessaires à l’obtention de planches pour l’ébénisterie. Cette activité générait cependant beaucoup de second choix. C’est ainsi que les dirigeants de l’époque ont choisi d’investir dans un procédé de stratification bois, similaire à celui du Formica, destiné à recouvrir des surfaces décoratives en bois véritable de quelques dixièmes de millimètres d’épaisseur », livre Étienne de la Thébeaudière, PDG d’Ober Surfaces. Bonne pioche !

 

workker

 

oberponcage
Après ponçage, les opérations de réparation visent à préserver un maximum de panneaux. © Philippe Bohlinger
presses
Deux presses assurent chacune l’imprégnation de 120 panneaux constitués d’une feuille de finition, d’un panneau imprégné de résine, d’un décor en bois brut, d’un film écran et de feuilles de papier kraft. © Philippe Bohlinger

 

 

BPALCentreprise

 

Croissances externes

Le groupe Ober Surfaces a récemment rapatrié dans la Meuse la fabrication des panneaux en bois brut. Cette gamme avait été intégrée en 2006 via l’acquisition du parisien Marotte. Le rachat de Concrete LCDA à Avrillé (Maine-et-Loire) en 2017 a permis d’élargir sa gamme de décors en béton. L’entreprise exploite également une usine en Tunisie, essentiellement dédiée au marché d’Afrique du Nord.
Coté sur Euronext Paris, le groupe Ober Surfaces a réalisé un chiffre d’affaires de 39,8 millions d’€ en 2018 dont 60% à l’export. Il s'élevait à 14 millions d’€ en 2004.
triober
Le tri final vise à constituer des séries homogènes de 15 à 20 panneaux nécessaires à la décoration d’un même espace. © Philippe Bohlinger

Commentez !

Combien font "8 plus 7" ?