Nicole Martin-Spittler, chef d'entreprise et présidente de l’association régionale et Alexandre Michiels, chargé du développement.

Nicole Martin-Spittler, chef d'entreprise et présidente de l’association régionale et Alexandre Michiels, chargé du développement.

CRÉATION D'ENTREPRISES. 87 % de pérennité : les performances du réseau Entreprendre Alsace surpassent la moyenne de réussite des créations d’entreprise.

Ce n’est pas un hasard.

Selon sa présidente Nicole  Martin-Spittler, elle-même chef d'entreprise, après une baisse du nombre de projets au second semestre 2012 et début 2013,  le mouvement repart.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Pour atteindre un tel taux, il faut savoir choisir ses dossiers et les suivre de près ensuite. Entreprendre Alsace estime combiner les deux ingrédients de la recette.

« Nous accompagnons 12 à 15 projets par an. C’est peu, mais c’est voulu, nous ne cherchons pas à faire du chiffre, mais à privilégier la qualité », souligne Nicole Martin-Spittler, chef d'entreprise et présidente de l’association régionale.

Le candidat doit d’abord remplir certains prérequis : être primo-créateur - pas de place pour les virtuoses de la multiplication de boîtes -, avoir son siège et développer son activité en Alsace et porter un projet susceptible de créer 6 à 10 emplois au moins dans les 3 ans…, ce qui limite d’emblée le périmètre.

Ensuite, il lui faut passer successivement les étapes d’une commission d’instruction de son projet associant financiers et industriels, de l’avis de cinq membres du réseau (dont deux de son secteur) et surtout du comité d’engagement : ce  « grand oral » consiste à défendre son projet devant 10 chefs d’entreprise… sans Power Point.

Passés ces stades, les portes s’ouvrent. Le lauréat reçoit un prêt d’honneur : taux zéro, durée de cinq ans avec différé de remboursement de 18 mois, garantie à 70 % par Bpifrance et à 30 % par Entreprendre Alsace « ce qui veut dire que nous prenons notre part au risque », rappelle sa présidente.

Situé en général dans la fourchette 15 000 à 100 000 €, le montant ne doit pas excéder les fonds propres engagés par le porteur. Celui-ci va bien sûr voir son banquier en parallèle.

Vincent Ossola, lauréat de la promotion 2011, a repris Alsace Tôlerie à Colmar en 2011 et embauché depuis 6 personnes.
Vincent Ossola, lauréat de la promotion 2011, a repris Alsace Tôlerie à Colmar en 2011 et embauché depuis 6 personnes.

« Devant les financeurs, le label lauréat de notre concours lui apporte la crédibilité », souligne Nicole Martin-Spittler

Le créateur entre dans le réseau Entreprendre, avec un parrain.

Rien de secret ou de compromettant là-dedans. C’est l’accès facilité au conseil de tel ou tel membre, la participation - fortement conseillée, pour ne pas dire obligatoire - à une conférence mensuelle qui ne radote pas, mais aborde les questions très pratiques du chef d’entreprise.

Et surtout l’appui d'un dirigeant membre du réseau - le fameux parrain - qui va  suivre le projet pas à pas pendant deux ans, avec un point d’étape précis au moins tous les mois.

En dix années exactement d’existence, toute cette méthodologie débouche sur 124 lauréats, porteurs de 89 créations d’entreprise qui ont généré 680 emplois.

Les deux-tiers des projets sont des créations « pures ». L’autre tiers consiste en des reprises, dès lors qu’elles sont assorties d’un développement de l’entreprise. 

« Si les 680 emplois contiennent une part de postes sauvegardés, la grande majorité  consiste en des embauches nettes », calcule Alexandre Michiels, chargé de développement.

« Nous avons observé une baisse du nombre de projets au second semestre 2012 et début 2013. Mais le mouvement repart : peut-être un signe parmi d’autres d’un début de reprise ? », s’interroge Mme Martin-Spittler.

Entreprendre Alsace forme l’antenne régionale de la Fédération Réseau Entreprendre née dans le Nord sous l’impulsion d’André Mulliez, l’un des membres de la célèbre famille propriétaire d’Auchan.

Comme un - trop –- grand nombre de structures alsaciennes, elle a été jusqu’à présent davantage bas-rhinoise dans les faits, à commencer par la localisation des projets récompensés.

Les lauréats de la promotion 2012.
Les lauréats de la promotion 2012.

Elle veut changer cette situation. L’antenne du Haut-Rhin créée cette année dans l‘agglomération de Mulhouse doit le permettre.

Lire aussi notre dernier article sur le  réseau Entreprendre Bourgogne en cliquant ici

Photos : Christian Robischon et Entreprendre Alsace.

 

Commentez !

Combien font "9 plus 1" ?