Storengy, filiale du groupe Engie spécialisée dans le stockage souterrain de gaz, a signé ce 20 octobre un partenariat avec GazelEnergie, exploitant de la centrale thermique au charbon de Saint-Avold (Moselle). Sur ce site dont la fermeture est prévue en 2022, les deux partenaires planifient la production d’hydrogène renouvelable, avec une capacité de 5 mégawatts.

 
A Saint-Avold (Moselle), la centrale thermique Emile Huchet s’apprête à passer de l’ère du charbon à celle de l’hydrogène vert. L'arrêt de la production d'électricité à partir du charbon programmé d'ici 2022 par la loi énergie-climat, pousse son exploitant GazelEnergie (groupe EPH) à étudier la reconversion du site lorrain.

L’accord paraphé ce 20 octobre par Jean-Michel Mazalerat, président de GazelEnergie et Arnaud Berthet, directeur stratégie et développement de Storengy (groupe Engie), en présence de Salvatore Coscarella, président de la communauté d’agglomération Saint-Avold Synergie (CASAS), prévoit la mise en service à l’horizon 2023 d’une unité de production d’hydrogène décarboné.
Cette installation de 5 mégawatts (MW) produirait de l’hydrogène par électrolyse à partir d’eau et d’électricité renouvelable, en provenance de projets locaux. L’investissement estimé à 30 millions d’€ génèrerait une demi-douzaine d’emplois.

« La production d’hydrogène vert constitue un axe fort de développement au niveau national et européen. Dans ce contexte, Storengy demeure convaincu que l’impulsion peut venir d’écosystèmes territoriaux », expose le directeur stratégie et développement.

baplcjuillet

Le groupe Storengy, un des leaders mondiaux dans le stockage souterrain de gaz naturel, envisage de candidater à l’appel à projet « Ecosystèmes territoriaux hydrogène » de l’Ademe, en vue d’obtenir un cofinancement de 25 à 45%. « Notre dossier doit comporter des lettres d’intention de futurs clients capables de couvrir la moitié de la capacité du projet », ajoute Antonin Arnoux, responsable du développement industriel de la centrale Emile Huchet chez GazelEnergie.

Dans un premier temps, le projet s’appuierait essentiellement sur des projets de mobilité hydrogène portés par les collectivités territoriales (transports en commun dont 15 bus de la  communauté d’agglomération Saint-Avold Synergie, ramassage des déchets ménagers).
Celles-ci anticipent depuis plusieurs années la fermeture de la centrale dans le cadre du projet de territoire du Warndt naborien (*). Le président de GazelEnergie rappelle que « l’énergie est une industrie de cycle long, mais que c’est aujourd’hui qu’il faut allumer l’étincelle, grâce à ce projet pragmatique. »


A terme, une connexion avec l'Allemagne et le Luxembourg

emilehuchetsallecommandes
La centrale de Saint-Avold comprend également deux tranches au gaz qui ont été transférées le 1er octobre à Total Direct Energie. ©  Philippe Bohlinger


Les partenaires envisagent d’ores et déjà la phase 2 du projet baptisé Emil’HY. Il s’agirait cette fois de porter les capacités à 50 à 100 MW en vue de répondre aux besoins dans les mobilités et aussi l’industrie, mais aussi d’injecter le gaz dans le réseau transfrontalier MosaHYc, en cours de lancement jusqu'en Allemagne et au Luxembourg.
Les surplus pourraient être stockés dans une cavité saline du centre de stockage Storengy de Cerville (Meurthe-et-Moselle). Une interconnexion est également envisagée avec le projet Hycologie conduit par Storengy à Thann (Haut-Rhin).

A plus court terme, le délégué syndical FO, Jean-Pierre Damm, s’inquiète pour l’avenir des 85 salariés de GazelEnergie à Saint-Avold. Un projet de plan social a été engagé fin septembre. « Vous avez le devoir de donner des repères temporels précis aux salariés qui continueront de faire fonctionner la centrale Emile Huchet jusqu’en 2022 », a-t-il insisté.


flandria

 

GazelEnergie estime que les travaux de la phase 1 pourraient démarrer fin 2021 et qu’ils seront rapidement suivis d’autres projets dans le stockage de batteries et la production de vapeur à partir de déchets non recyclables à haut pouvoir calorifique, les CSR (combustibles solides de récupération).
« Les travaux de construction d’une ferme stationnaire de batteries  devraient démarrer début 2021. Quant au projet de production de vapeur à partir de CSR avec Véolia, il est entré dans la phase d'avant-projet détaillé », complète Jean-Michel Mazalerat. Cet investissement de 50 millions d’€ pourrait générer une quarantaine d’emplois sous quatre ans, selon l’énergéticien.

(*) Le territoire du Warndt naborien couvre le périmètre de la communauté d’agglomération de Saint-Avold, des communautés de communes du Warndt et de Freyming-Merlebach ainsi que du district urbain de Faulquemont.

Qui est GazelEnergie ?

L’énergéticien GazelEnergie est une filiale du groupe tchèque EPH, propriété de l’homme d’affaires Daniel Kretinsky. Le groupe de 25.000 salariés, a racheté en juillet 2019 l’ensemble des activités de l’allemand Uniper en France. Il s’agit principalement des centrales thermiques de Saint-Avold (Moselle) et de Gardanne (Bouches-du-Rhône), deux des quatre dernières centrales au charbon hexagonales.
En Moselle, la centrale Emile Huchet compte une tranche au charbon de 600MW thermiques et deux tranches au gaz de 420MW thermiques chacune.
Le 1er octobre dernier, ces deux tranches au gaz, ainsi que le centre de dispatching et d’optimisation du réseau électrique (Codap) et leurs 60 salariés ont été transférés à Total Direct Energie (groupe Total), selon un accord conclu entre les deux parties.

Commentez !

Combien font "6 plus 8" ?