NTIC. Avec sa plate-forme Cimetières de France, Gilles Bordes et les équipes du groupe dijonnais Elabor se livrent à travail sans fin ou presque.

Pensez, répertorier à la tombe près, et aux défunts nommément identifiés qui y reposent, pas moins de 40 000 cimetières en France.

Ils répondent à un besoin vital pour les collectivités locales, gestionnaires de ces sites funéraires, qui n’en connaissent pas souvent la disponibilité ni les obligations légales.

Mais également pour les familles et les entreprises spécialisées…

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Ne pensez pas un seul instant que les journalistes de Traces Ecrites News virent dans le sépulcral, même si après avoir consacré tout récemment un article à Jussey, Haute-Saône, Capitale européenne du cercueil, ils abordent avec le groupe Elabor, la gestion dématérialisée des cimetières, via une plate-forme numérique dédiée.

D’autant qu’en visitant cette entreprise de 47 salariés (*), implantée à Messigny-et-Vantoux, près de Dijon (Côte-d’Or), on est loin d’une ambiance gothique aux relents funèbres.

Pour bien comprendre le pourquoi du comment de ce marché de niche il faut déjà rappeler l’histoire professionnelle de Gilles Bordes (**), 55 ans, P-DG et fondateur de l’entreprise.

«Je n’étais en rien destiné à devenir un patron», confesse ce footeux passionnel, vice-président du Dijon Football Côte-d’Or (DFCO) qui évolue cette saison en ligue 2.

Salariés dans un bureau d’études de la Compagnie Générale de Construction Téléphonique (CGCT), il tombe un jour sur un maire qui se désespère de connaître l’emplacement exact des réseaux souterrains de sa commune.

C’est le déclic et, en 1987, il se met à son compte en proposant de faire des relevés. Elabor 21, qui perdra vite son numéro de département, est née.

Aujourd’hui, l’entreprise (5 millions d’€ de chiffre d’affaires) travaille sur la France entière, non seulement dans la topographie, mais également en cartographie, systèmes d’information géographique et études d’aménagement de réseaux dits secs (téléphoniques et électriques).

Fort de ces savoir-faire, elle a mis en place une cellule de réflexion pour développer des produits innovants à connotation fortement numérique, l’informatique étant un outil indispensable à tous ces domaines.

2060 cimetières déjà inventoriés

Le concept de gestion dématérialisé des cimetières sort tout droit d’une de ces cogitations collectives.

«Et nous avons mis le doigt sur un véritable filon, car les élus des collectivités territoriales en charge de ces sites funéraires sont très souvent confrontés à une réelle complexité des obligations légales», explique Hervé Mougin, directeur des activités multimédia, Internet et innovation.

Pour les aider, Elabor met déjà au point un logiciel maison, puis Elabor remporte un appel à projets pour développer une plate-forme numérique appelée à dresser l’inventaire national des cimetières (700 000 € de budget, aidé à 45% par l’Etat).

Quelle est son utilité ? Multiple ! «La collectivité locale connaît en temps réel ses disponibilités foncières, les besoins en travaux, leur suivi, les dates de renouvellement des concessions et de lancement d’une procédure d’abandon, le montant de la taxe à percevoir», explique de marbre Gilles Bordes.

Du côté des particuliers et familles, on peut rechercher un défunt, le localiser, s’informer sur les démarches administratives à effectuer, savoir s’il reste de la place dans le caveau familial, faire entretenir une tombe à distance, mais aussi s’adonner au tourisme funéraire en localisant les plus beaux sites.

2060 cimetières ont déjà été inventoriés à la tombe près, soit 500 935 sépultures localisées, 1 698 913 défunts répertoriés et 1 335 884 défunts identifiés.

«Nous avons créé une offre totalement intégrée qui a trouvé une demande immédiate et, aujourd’hui, nous pensons sortir des frontières», souligne le dirigeant.

Avec ses équipes, il mûrit un projet européen pour étendre le concept à de nombreux pays, en franchise ou en partenariat.

De quoi œuvrer pour l’éternité.

(*) Effectif auquel il convient d’ajouter 12 personnes de la filiale bordelaise de travaux funéraires Amanxis et 3 autres employées par Groupe Elabor Caraïbe en Guadeloupe.

(**) Gilles Bordes préside par ailleurs Bourgogne Croissance Innovation, fonds régional d’amorçage destiné à entrer au capital d’entreprises de moins de 7 ans et à caractère innovant.

Crédit photo : Elabor et Traces Ecrites
1 commentaire(s) pour cet article
  1. Paqueriauddit :

    Inventaire du cimetière, plan, procédure d'abandon, règlement. Merci. Paqueriaud

Commentez !

Combien font "2 plus 10" ?