La manufacture centenaire, reprise par le maroquinier Lebeau-Courally en 2015, propriété de l’industriel belge Joris Ide, accueille un savoir-faire précieux et bien français. Celui du travail du cuir, du bel objet, de la pièce souvent unique, et de la petite série. Ici, le temps de l’ouvrage ne rime pas avec cadence, mais précision, respect de la matière, finition à la quasi perfection. Portrait d’une pépite haut-marnaise.

La raison sociale, Dijon Maroquinerie, étonne autant qu’elle interpelle. Nous sommes à Vaux-sous-Aubigny, dans le département de la Haute-Marne et non aux alentours de la capitale bourguignonne en Côte-d’Or. Vincent François, directeur de la manufacture, lève immédiatement le......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "2 plus 5" ?