Début septembre, environ 40 salariés de l’usine Sielest (groupe Faurecia) de Pulversheim (Haut-Rhin) dont le poste a été supprimé, ont finalement rejoint les rangs de Johnson Controls à Neuenbourg en Allemagne frontalière

(www.tracesecritesnews.fr/2010/07/16/alsace-les-salaries-de-faurecia-nembrayent-pas-sur-lallemagne)

L'Américain Johnson Controls n'est autre que le concurrent de Faurecia, qui a ravi le marché des sièges de la nouvelle Citroën C4 de PSA Mulhouse… et provoqué, de la sorte, un plan social chez Sielest au printemps dernier.

Le chiffre estimatif des transferts - les directions de Faurecia comme de Johnson s’étant montrées les moins disertes possibles sur le sujet - semble nettement inférieur à la centaine de postes qui était ouverte.

Divers facteurs l’expliquent : incertitudes liées au statut de frontalier, éloignement géographique, accords collectifs moins avantageux, conditions et horaires de travail (40 heures) ont compensé largement les salaires allemands, supérieurs de 15 %.

Les ex-Sielest ont davantage privilégié la solution PSA : les 70 postes ouverts par le constructeur actionnaire de référence de Faurecia, pour l’essentiel à l’usine de Mulhouse, ont tous trouvé preneur.

La perte du contrat C4 avait amené Sielest à supprimer 127 emplois. Des reclassements complémentaires ont évité les licenciements secs.

Crédit photo: PSA Mulhouse

Commentez !

Combien font "10 plus 6" ?