FILIÈRE BOIS. Parmi les premiers constructeurs de maisons en kit, le jurassien Chauvin se lance dans une nouvelle aventure avec deux partenaires de longue date, Chalets Claudet et Gardavaud Habitations dans le Doubs.

Le trio porte le projet d'un éco-village en bois de 110 logements, près de la frontière Suisse.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

«Il faut préparer l'avenir, car la maison individuelle est appelée à moins d'importance», affirme Laurent Chauvin, directeur général de l'entreprise familiale, située Mont-sous-Vaudrey, près de Dole (Jura).

En attente d'un permis d'aménager, le projet d'éco-village, localisé à La Ferrière-sous-Jougne (Doubs), à quelques kilomètres de Vallorbe (Suisse) comptera 110 logements (35 collectifs et 5 maisons individuelles).

«Nous ciblons à la fois les travailleurs frontaliers et les touristes», indique le directeur général. Cette nouvelle aventure devrait prendre corps à partir de la fin de l'année à travers une société immobilière dédiée.

Créée en 1925 par l'arrière-grand-père des deux dirigeants actuels, Laurent et son frère Frank, P-DG, l'entreprise Chauvin a fait du madrier de bois massif empilé, sa spécialité.

Cette technique ancienne consiste à empiler horizontalement les uns sur les autres des éléments en bois. D'une grande simplicité de mise en œuvre, selon les professionnels, elle autorise le montage en autoconstruction avec l'assistance d'un technicien ou, pour les plus habiles, avec une simple notice de montage.

«L'autoconstructionperd du terrain, mais elle reste un choix de vie et non une recherche d'économies», affirme Laurent Chauvin.

La vente de maisons en kit, dont le 3000ème exemplaire est sorti des ateliers en avril dernier, représente encore 15 à 20% du chiffre d'affaires qui s'est élevé à 6,7 millions d'€ en 2011.

Fan de Chauvin

Grâce à un réseau d'entreprises locales pour le montage, la PME de 27 salariés. a pris le virage des maisons clé en main, choisies parmi la trentaine de modèles du catalogue ou dessinées à la demande par un architecte.

«Avec la réglementation thermique 2012, le bois massif est bien placé ; les dépenses de chauffage s'élèvent entre 5 et 8 € par m2 et par an et le niveau BBC est facilement accessible avec une isolation intérieure, cependant les clients ne le demandent pas, le confort du bois leur suffit».

Militant de la construction en bois massif, Laurent Chauvin participe aux recherches de la plateforme technologique de Savoie Technolac sur la caractérisation des parois en bois.

«Le mode de calcul de la performance thermique réglementaire pénalise ce système constructif», estime l'entrepreneur. Selon lui, la qualité de l'air intérieur donne aux constructions en bois une longueur d'avance. «Le mur de madrier massif offre l'avantage d'absorber et de restituer naturellement l'humidité de l'air ambiant», indique t-il.

Ses clients sont à ses côtés. La toute récente création d'un club des ambassadeurs baptisé "fan de Chauvin" réunit déjà une trentaine d'adhérents. «C'est en partie grâce à la promotion réalisée par ses fidèles clients que Chauvin s'est développé depuis le premier chalet en kit en 1974».

Photos: Chauvin.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. ASBOISdit :

    Bravo, voilà un constat avant-gardiste, de beaux projets ! Vive le bois et que le bois vive !

Commentez !

Combien font "2 plus 9" ?