AVIS D'EXPERTS. Plusieurs dizaines d’entrepreneurs réunis autour de Salah Benzakour, dirigeant d’entreprise de NTIC et Martine Zussy, responsable du développement des services à la CCI Sud-Alsace-Mulhouse, se sont associés pour organiser du 28 novembre au 3 décembre le premier Festival de l’entrepreneuriat à Mulhouse.

Le nom de la manifestation "Terre des nouveaux possibles", traduit la volonté de dépasser les frontières du monde de l’entreprise. Le rendez-vous compte attirer 1 500 visiteurs de profils très différents.

Quelle est l’ambiance que vous souhaitez donner à cette manifestation ?

Nous voulons l'inscrire dans un registre à la fois festif et économique. Cela doit bien sûr être un rendez-vous utile au candidat créateur d’entreprise par la rencontre avec des dirigeants et la fourniture d’informations pratiques, par exemple sur l’usage le plus pertinent possible de l’outil web.

Mais nous l’ouvrons au grand public. Cet événement, d’un genre unique en France doit donner une autre image de l’entreprise, aider à faire rêver, à donner l’envie d’oser.

Comment transmettre de façon innovante cette envie d’entreprendre ?

Nous mettrons en avant des exemples qui montrent que rien n’est impossible. Le plus extraordinaire, au sens littéral du terme, sera sans doute le témoignage d’un designer intérieur aveugle, qui s’est lancé dans cette activité après avoir perdu la vue.

Le projet du quartier d’affaires gare sera l’occasion de montrer de façon originale que le développement économique revêt un enjeu territorial, qu’il concerne les habitants :  nous l’inscrivons dans un projet international artistique "InsideOut" par lequel un artiste photographe, JR, tire des portraits grand format d’habitants sur les espaces d’un quartier donné.  Cette dimension artistique participe de notre volonté de casser les cloisons entre les spécialités.

Nous investirons des lieux de Mulhouse qui ne sont pas identifiés à l’économie : des conférences se tiendront dans des bars ou encore à la Cité du train, où nous aborderons le thème des nouveaux modes de travail dans un wagon dans la plus pure tradition, c’est un beau clin d’œil, non ?

Autre public inhabituel : les enfants. Un atelier en réunira jusqu’à 75 pour plancher sur la création d’entreprise. Nous avons trouvé 12 chefs d’entreprise qui l’animeront. Ils ont accepté de prendre du temps sur leur agenda, persuadés comme nous qu’ils ont quelque chose à en apprendre.

Les enfants verront sûrement d’un œil nouveau les notions de responsabilité sociale et environnementale que les adultes perçoivent souvent comme des contraintes.

Pourquoi Mulhouse a-t-il vocation plus que d’autres à accueillir un tel rendez-vous ?

Nous avons réfléchi à ce qui se peut distinguer Mulhouse aujourd’hui. Ce n’est plus un secteur d’activité donné, comme la chimie ou le textile par le passé. Mais il y a l’héritage de cet esprit industriel unique qui a poussé, il y a près de 200 ans, de jeunes entrepreneurs à parcourir le monde à la recherche des nouvelles technologies de l’époque pour les introduire les premiers en France. Mulhouse reste et doit rester cette terre d’entrepreneurs, humanistes, pas seulement centrés sur l’aspect technique d’une innovation.

Nous sommes convaincus que l’approche originale de "Terre des nouveaux possibles" donnera envie à des entrepreneurs d’autres régions de venir passer ce temps à Mulhouse.

Cette première édition est un prototype, nous souhaitons en faire un rendez-vous annuel.

http://www.terredesnouveauxpossibles.com/

Photos : Christian Robischon

Commentez !

Combien font "2 plus 3" ?