Avis d'expert. Jérôme Richard est le président de l'agence NTIC (Nouvelles technologies de l'information et de la communication) de Bourgogne, association créée en 2001 à l'initiative des chambres de commerce et d'industrie de Bourgogne et d'entreprises locales. Ses missions : la promotion, et l'accompagnement du développement des usages des TIC chez les professionnels par des actions de formation et de sensibilisation. Son président, également P-DG de Réseau-Concept à Dijon, a de fait un regard sur la situation de la fracture numérique en Bourgogne.

Quelle est la situation de l'offre haut débit en Bourgogne ?

Selon une étude du Credoc réalisée en mars 2011, la couverture haut débit en Bourgogne est un peu en retard par rapport au reste de la France métropolitaine avec 59% de connections en moyenne contre 65% au plan national. Les inégalités d'accès sont plus marquées selon les départements. En ce qui concerne l'offre haut débit (source cabinet Tactis, chiffres 2009), la Côte d'Or est en 31ème position française, la Saône et Loire : 47ème, la Nièvre : 59ème, l'Yonne : 71ème.

La couverture haut débit régionale est assurée par des opérateurs privés, à l’exception de la Nièvre où un syndicat mixte a été créé en 2006 et a reçu une délégation de service public pour assurer cette fonction. Les collectivités, le conseil régional en particulier, investissent pour résorber les zones blanches ADSL. Hors projet Wimax, lancé en 2008 sous forme d'une délégation de service public, avec l'objectif de faire passer de 59% à 92% le taux de couverture du territoire bourguignon en 2011, le budget du conseil régional s'élève à 4 millions d'euros pour 1,6 million d'habitants, à comparer avec les 6 millions d'euros de la Franche-Comté (1,2 million d'habitants).

Est-ce à dire que la fracture numérique est en train de s'estomper ?

Certainement pas, car si aujourd'hui les entreprises se satisfont d'un accès à l'internet à 8 mégabits/s- et elles sont loin d'être toutes sur un même pied d'égalité, d'une ville à l'autre et même d'un quartier à l'autre-, demain, on aura tous besoin du très haut débit. Les régions doivent donc se pencher sur le très haut débit si elles souhaitent garder leurs investisseurs. Comment par exemple, développer la télémédecine sur les territoires ruraux si les médecins n'ont pas la technologie pour la pratiquer ? Or, une seule peut l'offrir, c'est la fibre optique qui donne un accès jusqu'à 100 mégabits. En Bourgogne, des collectivités commencent à mettre des réseaux en place, au Creusot-Montceau, à Chalon-sur-Saône.

Le président de la République a dit sa volonté que 100% des Français puissent se connecter au très haut débit en 2025. N'est-ce pas une bonne nouvelle ?

2025, c'est dans une éternité ! Et nous n'avons pas la réponse essentielle: qui va payer la fibre optique ? (1) Il est probable que ce ne soit ni l'Etat, ni les collectivités locales. Déployer la fibre jusqu’à l’abonné coûte cher en raison du génie civil, bien que les constructeurs de routes pourraient systématiser la réservation de canalisations lors des travaux. Ensuite, qui va proposer le service à l'utilisateur ? Pour l'heure, les opérateurs privés n'apportent pas d'offre commerciale intéressante partout où la fibre est déjà installée (2). Et le risque s'accroît qu'ils visent les secteurs géographiques rentables. L'assemblée des départements de France s'en est ému en décembre. Il y a un modèle économique à trouver.

Lire aussi :

www.tracesecritesnews.fr/2010/12/08/reseau-concept-met-le-vin-et-le-tourisme-en-ligne/

www.tracesecritesnews.fr/2010/07/19/«la-fibre-optique-a-tres-haut-debit-a-lechelle-rhin-rhone»/

www.tracesecritesnews.fr/2010/07/05/la-haute-saone-et-le-jura-communiquent-en-fibre-optique/

www.tracesecritesnews.fr/2010/06/25/la-nievre-ausculte-son-reseau-internet-sans-fil/

(1) Déployer la fibre optique dans des régions comme la Bourgogne ou la Franche-Comté coûterait entre 250 et 450 millions d’€.

Selon un rapport de la DATAR, conduire la fibre optique jusqu’à chaque habitation et entreprise coûterait 30 milliards d'€.

(2) - Au 30 juin 2009, on recensait environ 230 000 abonnés au très haut débit en France, alors que 967 000 logements peuvent en bénéficier.

Commentez !

Combien font "9 plus 4" ?