Avis d'expert. Directrice régionale de la caisse des dépôts (CDC) en Bourgogne, Aline Morancho explique l'intérêt pour les entreprises de renforcer leurs fonds propres.

Le groupe public, plus connu pour financer les projets d'aménagement des collectivités locales, dispose d'une plateforme de financement propre et d'outils ciblés sur les PME avec plusieurs partenaires régionaux.

Mardi 17 mai à Dijon (1), la CDC invite les chefs d'entreprises à une réunion d'information sur le sujet.

Pourquoi les entreprises peuvent-elles avoir intérêt à renforcer leurs fonds propres en ouvrant leur capital à des partenaires financiers ?

En général, lorsqu'ils ont besoin de moyens pour investir, les chefs d'entreprises ont comme réflexe de demander à leur banquier, un prêt ou une ligne de trésorerie. Culturellement, dans les PME, l'ouverture au capital à des partenaires financiers n'est pas naturel.

Cette réticence vient du fait qu'elles craignent de perdre un jour ou l'autre, le contrôle de leur entreprise. En outre, dans certains cas, le financement par la dette peut générer des déséquilibres dans le bilan.

Lors de la réunion du 17 mai, Marc-Antoine Séris, du cabinet djionnais LEM3M et Philippe Flour, directeur régional adjoint de la Banque de France expliqueront l'intérêt de renforcer les fonds propres et tenteront de lever ce tabou qui n'est pas typiquement bourguignon, mais reste vivace dans les régions de taille moyenne où il y a une forte densité d'entreprises familiales.

A quel niveau sont évalués les besoins dans une région comme la Bourgogne ?

Nous n'avons malheureusement pas de chiffres. Nous savons simplement que la caisse des dépôts a, depuis le lancement d'une plateforme régionale en 2009 avec d'autres partenaires financeurs, reçu 54 demandes pour un montant de 53,3 millions d'€ de capitaux.

La CDC a directement investi pour près de 9 millions d'€. Si l'on ajoute les interventions de nos partenaires locaux, l'apport en fonds propres dans les entreprises régionales s'élève à 30 millions.

Le besoin est latent, d'autant que j'estime que les compétences de la CDC dans le domaine sont mal connues des chefs d'entreprises. Nous pouvons donc faire mieux.

Quels sont les dispositifs proposés par la Caisse des dépôts ?

La Caisse des dépôts qui, - précision importante -, entre au capital des entreprises toujours comme actionnaire minoritaire, dispose de plusieurs outils adaptés à la taille des projets des entreprises.

Le fonds stratégique d'investissement (FSI), constitué à 51% par la CDC et 49% par l'État, a vocation à soutenir des projets industriels d'au moins 15 millions d'€.

Avenir Entreprises s'adresse au contraire aux petits projets, inférieurs à 3 millions.

L'outil intermédiaire, CDC Entreprises, filiale à 100% de la Caisse des dépôts, investit directement dans les entreprises au travers de fonds généralistes ou sectoriels et à travers des fonds de capital-risque et de capital développement régionaux.

Nous sommes présents dans l'Ideb, aux côtés du Conseil régional de Bourgogne, actionnaire majoritaire, dans Bourgogne Croissance Innovation, avec comme cible les petits projets à l'occasion d'un premier développement en termes de R&D ou de développement marketing notamment, ainsi qu'aux côtés d'Oséo pour l'innovation.

(1) A la chambre de commerce et d’industrie Région Bourgogne, place des Nations Unies à 16h.

Inscriptions :

http://www.valoffre.caissedesdepots.fr/spip.php?rubrique347

Commentez !

Combien font "3 plus 2" ?