AVIS D'EXPERT. Jeanne-Antide Sulte, dont l'atelier de créations textile  Arti'Jane est basé à Chatillon-le-Duc (Doubs) est la nouvelle présidente des Métiers d'art en Franche-Comté (MAFC).

Ce groupement professionnel dont le siège est à Besançon (Doubs) regroupe environ 80 artisans d'art.

Le portail amagalerie.com qui fédère des artisans d'art de l’Est de la France : en Franche Comté, en Lorraine, en Alsace ou en Champagne-Ardennes, s'ouvre à la vente en ligne dans quelques mois.

Positionnez votre curseur sur la photo pour lire la légende et cliquez dessus pour l’agrandir.

Qui êtes-vous Jeanne-Antide Sulter ?

Depuis avril 2003, je suis artisan d'art, créatrice de sacs et pochettes en tissu, dans mon atelier Arti'Jane. Je suis donc mon propre patron. Dans ma jeunesse, j'ai fait des études aux Beaux-arts, puis un DEUG en Arts plastiques, avant de me lancer dans un CAP "couture flou" (*).

Et puis, j'ai fait une formation en infographie. Ce que j'y ai appris me servira toujours pour manipuler un ordinateur. Mais la couture continuait à m'attirer. J'ai commencé par faire des rideaux pour des magasins de décoration, mais je ne me retrouvais pas dans la sous-traitance. J'avais besoin de créer. D'où mon envie de lancer ma propre entreprise.

Qu'est-ce qu'un artisan d'art ?

Les métiers reconnus comme tel sont strictement établis par un arrêté ministériel de 2003. Il s'agit de personnes qui maîtrisent un savoir-faire, des techniques traditionnelles ou innovantes dans le but de créer, transformer ou restaurer des objets d'art utilitaires ou décoratifs. Pas de boucher donc, mais des potiers, vanniers, fleuristes... Quant à leur profil, il a été établi par une enquête menée en 2009 : il s'agit de plus en plus souvent de femmes, dans une moyenne d'âge assez élevée et pour la plupart en reconversion.

Pourquoi avoir adhéré à Métiers d'art en Franche-Comté ?

J'ai commencé en tant que simple adhérente. Puis, je suis rentrée au conseil d'administration. Jusqu'à ce qu'Etienne Saillard, ébéniste-marqueteur et président depuis sept ans cherche un remplaçant. J'ai été élue présidente en juin dernier, à l'unanimité mais ça ne se bousculait pas au portillon ! L'association regroupe environ 80 artisans d'art franc-comtois. Ce réseau de professionnels créé en 1990  a pour objectif premier la pérennité des ateliers et de leurs activités.

Par quels moyens ?

La communication, la commercialisation, la formation, la conquête de nouveaux marchés font partie de nos grands axes de travail. Il est important pour un artisan d'art de sortir de son isolement. Encore plus aujourd'hui, en ces périodes de profondes mutations. Prenez internet par exemple : beaucoup de mes confrères et consoeurs, hésitent à l'utiliser.

Au-delà des salons - qui nous coûtent très cher en frais -,  cet outil reste notre principale vitrine, mais seuls, nous n'avons pas de visibilité sur la toile. C'est pourquoi l'association travaille actuellement à la réorganisation du site amagalerie.com. Ce portail des métiers d'art devrait être opérationnel pour de la vente en ligne d'ici quelques mois. L'association songe d'ailleurs à embaucher quelqu'un pour s'occuper du site.

Un conseil à donner aux jeunes désireux de se lancer ?

Se former et s'informer ! Apprendre son métier bien sûr, mais aussi la gestion, la comptabilité... Faire des stages dans des ateliers, s'ouvrir sur des groupements de professionnels. Et au-dessus de tout : être sûr de ses motivations ! Car artisan d'art n'est pas une voie royale vers la fortune. Beaucoup ne gagne pas véritablement leur vie. La passion est donc essentielle.

(*) La couture flou, c'est une technique de réalisation de vêtements souples, par opposition à la technique du tailleur (définition Larousse).

Photos: Blandine Sauter.

Commentez !

Combien font "7 plus 1" ?