AVIS D’EXPERT. Ils s’appellent les Caméléons, sont nés en 1998, forment une compagnie théâtrale, viennent de l’improvisation et explorent depuis 2007 d’autres dimensions artistiques.

Et notamment, le « théâtre sur mesure » et le  « théâtre forum », prestations qui méritent de retenir toute votre attention.

La première intéresse l’animation de conventions annuelles et autres grands-messes qui ponctuent la vie d’une entreprise.

La seconde sert de formation pour renforcer l’efficacité des troupes, tisser des liens professionnels, gérer des conflits..., en un mot améliorer le fonctionnement quotidien de l'entreprise.

Philippe Spailier, directeur artistique des Caméléons nous en dit plus. Entretien avec un comédien qui, un jour, a lâché la proie pour l’ombre.

Positionnez votre curseur sur les photos pour lire les légendes et cliquez dessus pour les agrandir.

Qui êtes-vous Philippe Spailier ?

J’ai 43 ans, je suis Belge (né à Liège), diplômé d’HEC et j’ai notamment exercé le métier de responsable export dans une filiale du groupe Vallourec à Montbard (Côte-d’Or). En 2001, je décide de me consacrer uniquement au théâtre en tant que professionnel. Je viens de l’improvisation que je pratique depuis 1998 avec Sylvain Fabbri, chauffagiste de métier, et co-fondateur avec moi des Caméléons.

Nous avons pris le nom de cet animal car nous aimons nous adapter aux différentes dimensions artistiques que permet le théâtre. Les Caméléons sont devenus une association le 1er janvier 2007 qui emploie aujourd’hui une salariée permanente et une dizaine d’intermittents du spectacle. Notre budget atteint les 150 000 € et nous sommes soutenus financièrement pour nos créations par la ville de Dijon et la région Bourgogne.

Est-il facile de vivre de votre art ?

En matière de spectacle vivant pur, c’est aléatoire et très compliqué. Beaucoup de salles en Bourgogne refusent de nous programmer, comme l’Espace des Arts de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou encore la Maison de la Culture de Nevers (Nièvre). Certains responsables nous raccrochent même au nez.

C’est pourquoi nous co-organisons les rencontres théâtrales de Bourgogne qui se sont déroulées les 28 et 29 septembre derniers à Saint-Vallier, en Saône-et-Loire. Elles ont permis de mettre en lumière six spectacles qui ne trouvent pas de diffusion, mais également d’échanger autour de tables rondes interprofessionnelles. Par cette initiative, nous souhaitons que les programmateurs viennent nous voir, assistent à l’une de nos représentations pour décider au final en toute connaissance de cause. Mais, dire non a priori, relève à mes yeux d’une forme de censure qui ne dit pas son nom et se révèle intolérable.

D’où vos prestations pour le monde de l’entreprise ?

Oui, mais ce n’est pas uniquement par souci alimentaire. Nous avons fait ce choix parce qu’il correspond à des formes d’expression artistique que nous aimons et auxquelles nous croyons.

Comment intervenez-vous ?

Avec le théâtre sur-mesure, nous animons des conventions du personnel, des rencontres professionnelles, des présentations de résultats annuels…, pour faciliter les échanges. Nous mettons un liant humoristique à des interventions souvent très sérieuses. Après enquête pour avoir un cahier des charges précis, nous créons et rédigeons un portefeuille de sketches qui sont ensuite interprétés.

Il s’agit d’une création unique et dédiée et toutes les saynètes sont validées par la direction de l’entreprise, même si l’on s’autorise un peu d’improvisation suivant les circonstances. Nous distillons un humour de situation, fait d’autodérision en nous moquant au final de la sphère dirigeante.

Dans le théâtre forum, nous nous intéressons à des situations qui peuvent devenir problématiques comme l’évaluation annuelle, les aptitudes au management, la gestion de conflits, les difficultés relationnelles, l’accueil… Toujours après une enquête poussée, deux comédiens en général, encadrés par un animateur formateur professionnel, présentent les situations problématiques sous la forme de sketches réalistes et perfectibles.

Ensuite, les participants proposent des solutions en les essayant avec les comédiens. L’animateur recadre, analyse les situations et apporte un retour personnalisé à chaque participant. Il est important dans cette forme de travail, que les participants, jamais plus de dix, jouent leur propre rôle et non pas un rôle. Chacun doit être mis en situation réelle et doit se remettre en question en proposant des solutions. Parfois, l’arroseur est arrosé et nous sommes mis en difficulté.

Pour vous faire une idée plus précise : goûter avec délice la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xmzz14_theatre-d-entreprise-saynete-entretien-annuel-cie-cameleons_fun

Combien coûtent vos interventions ?

De 2000 à 10 000 € suivant les options retenues qui peuvent aussi inclure de la formation à la prise de parole en public, baptisée Good Speech.

Si l’on veut vous voir sur scène…

C’est aujourd’hui, jeudi 11 octobre 2012, demain et après-demain, à partir de 20h30 au théâtre des Grésilles à Dijon, dans une pièce qui s’appelle Ri-Poste. L’histoire se déroule dans une petite poste ancrée fermement dans un village aux traditions affirmées, entre une église, une mairie, une boulangerie, une charcuterie… Elle oppose deux mondes : celui de l’avant, du familier, représenté par une petite équipe d’employés, nos postiers, nos guichetiers, à l’écoute du client, et celui de demain nourrit légitimement de libéralisme réformiste représenté par Bertrand Richard, fraîchement promu au poste de cadre rénovateur…

Pour en savoir plus, appelez au 03 80 50 18 95.

Crédit photo : Cie Caméléons

Commentez !

Combien font "2 plus 2" ?