Avis d’expert. Pour Andreas Krewet, la maison des trois petites cochons, celle, souvenez-vous, qui a résisté au souffle du loup, était bien édifiée en briques de terre crue. Au-delà du trait d’humour, ce spécialiste des constructions en terre crue nous explique tous les avantages de  ce matériau qu’il juge idéal pour atteindre les normes Bâtiment Basse Consommation (BBC). Ancien officier de l’armée allemande, ingénieur en génie civil, dont le diplôme de fin d’études portait sur les constructions en terre du Sahel, Andreas Krewet est également titulaire d’un troisième cycle de l’École d’architecture de Grenoble.

Installé en France, il lance en 1998 la société Akterre, spécialisée dans la mise en œuvre et le négoce de la terre crue et pour laquelle il est aujourd’hui consultant, puis co-fonde en 2008 l’Association Nationale des professionnels de la terre crue (AsTerre) - www.asterre.org/ - qui fédère 120 adhérents, dont 80 professionnels et structures associatives. Il n’a donc rien d’un doux illuminé et rappelle à juste raison qu’au début de l’humanité…

Que répondez-vous à tous ceux qui disent que construire aujourd’hui en terre crue relève de l’archaïsme ?

Qu’il sera très difficile de les convaincre du contraire s’ils raisonnent uniquement : parpaing, laine de verre et plaques de plâtre. Mais s’ils veulent bien regarder au-delà, la terre crue dans la construction de logements est, non seulement, le plus vieux matériau utilisé par l’homme, mais également l’un de ceux qui offre actuellement des avantages non négligeables pour éco-construire avec un confort de vie indéniable.

Quels sont les atouts de la terre crue pour le bâtiment ?

Elle offre l’un des plus faibles impact environnemental car elle est disponible régionalement et ne nécessite qu’une faible transformation : pas de cuisson ni d’apport chimique. La terre crue absorbe les odeurs, ne dégage pas de composés organiques volatils (COV) et fait fonction de masse thermique, donc de régulateur de température. Elle possède, de surcroît, une excellente régulation hygrique (capacité à stabiliser  le niveau d'humidité de l'air ambiant), ce qui nécessite moins d’entretien.

Sa mise en œuvre est-elle facile ?

Travailler la terre crue s’avère moins compliqué que pour les matériaux qui ont une réaction chimique. Il suffit de rajouter, si besoin, un peu d’eau et de bien faire attention au temps de séchage.

Qu’elles sont les différentes techniques utilisées ?

On peut faire du mortier ou des enduits. On peut construire en Torchis, c’est-à-dire poser un mélange d’eau, d’argile et de fibres naturelles : paille, foin, crin de chevaux…, sur un clayonnage en bois. Les murs sont ici non porteurs.

Existe aussi la Bauge, à savoir un empilage de terre sèche sur 50 cm avec de la paille et on lève progressivement ici des murs porteurs. On trouve aussi le Pisé fait de couches de terre comprimée placée dans des coffrages. Vous avez également l’Adobe ou brique de terre crue, la brique en terre comprimée, celle qui est extrudée pour les cloisons intérieures, mais aussi les panneaux préfabriqués en terre.

Une filière professionnelle existe t-elle en France ?

Moins qu’en Allemagne, alors que la France avait au début des années 80 une longueur d’avance, avec des réalisations comme le Domaine de la Terre à l’Isle d’Abeau, en Rhône-Alpes (*), mais elle se structure. Avec les nouvelles contraintes constructives, liées au développement durable, les architectes et de nombreuses entreprises redécouvrent la terre crue. Notre association AsTerre est d’ailleurs en train d’écrire un livret de normes à leur usage, car, je le défends, édifier des logements en terre crue représente aussi l’avenir.

Andreas Krewet donnera une conférence le jeudi 7 juillet 2011, à 18h00, à la Galerie Européenne de la Forêt et du Bois, à Dompierre-les-Ormes (Saône-et-Loire), sur le thème : «le matériau terre dans la construction basse consommation».

(*) Pour en savoir plus et visualiser de nombreuses photos : www.mairie-villefontaine.fr/Culture/Patrimoine/Le-village-terre

Crédit photo: Andreas Krewet

Commentez !

Combien font "5 plus 5" ?