A Nancy, le groupe Pharmagest prend une participation minoritaire dans la start-up franco-américaine Embleema. Le vosgien Gestra augmente ses capacités logistiques de 5.500 m². La biotech Plant Advanced Technologies réalise une augmentation de capital d’un million d’€. Le bâtiment totem de la FrenchTech à Nancy sortira de terre en 2020. Les spécialistes du textile 4F et Brassard s’associent pour offrir 150 polaires à des sans-abris. Schneider Electric prévoit la suppression de 94 postes en Moselle.

• A Nancy, le groupe Pharmagest parie sur la technologie émergente de blockchain

Le spécialiste de l’informatique pour les officines pharmaceutiques Pharmagest à Nancy a pris début janvier une participation de 15% dans la start-up franco-américaine Embleema. Cette prise de participation permet au groupe coté sur Euronext Paris (1.000 personnes) d’accélérer son développement dans la e-santé. La jeune pousse est en effet spécialisée dans la blockchain, une nouvelle technologie de stockage d'informations fonctionnant sans organe de contrôle. Son modèle est souvent décrit comme anti-GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple).
Fondée en 2017 par Robert Chu, Embleema permet à des patients de partager anonymement leurs données médicales en temps réel sur une plateforme. Ces données intéressent l’industrie pharmaceutique et les autorités de santé qui disposent ainsi d’informations précieuses pour accélérer la mise sur le marché de nouveaux traitements.
« Embleema possède une équipe de premier plan mondial dont la solution a déjà fait ses preuves et intéressé des partenaires incontournables de l’industrie pharmaceutique », se félicite Thierry Chapusot, président du conseil d’administration de Pharmagest.


• Le vosgien Gestra augmente ses capacités logistiques de 5.500 m²

gestra
Gestra a acquis un entrepôt d’une capacité de stockage de 5.000 palettes à Saint-Dié (Vosges). © Gestra

Le vosgien Gestra se donne des moyens de développer ses activités dans la sous-traitance industrielle, le conditionnement et le routage. La société a récemment repris un bâtiment industriel de 5.500 m² au cœur de Saint-Dié (Vosges). L’entrepôt d’une capacité de stockage de 5.000 palettes, permettra à l’entreprise de traiter les retours de produits pour le compte d’un nouveau client.
Le site rassemblera par ailleurs l'ensemble des activités du pôle insertion de Gestra : l’entreprise d’insertion Manudeo spécialisée dans la sous-traitance et le conditionnement manuel (29 personnes), l’agence d’intérim d’insertion Intedeo (1 personne, 30 intérimaires) et le centre de formation Formadeo.
 Avec cette acquisition la société fondée en1992 à Raon-L’Etape (Vosges) porte sa capacité totale à 31.000 m² logistiques. Repris par Christophe Jacquot en 2017, le groupe compte 230 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’€.

 BPALC

 


• La biotech Plant Advanced Technologies réalise une augmentation de capital d’un million d’€

patserres
La société de biotechnologies (ici, ses serres de Laronxe) a réalisé une augmentation de capital au profit de deux groupes industriels et de l’Institut Lorrain de Participation ILP-Sadepar. © PAT

La biotech lorraine s’est fait connaître via sa production de molécules végétales rares à partir de sa technologie de plantes à traire. Installée à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), Plant Advanced Technologies a annoncé fin décembre 2018, la réalisation d’une augmentation de capital d’un million d’€ au profit de deux groupes industriels et de l’Institut lorrain de participation ILP-Sadepar, le fonds d’investissement public-privé de la Région Grand Est. 

Cette levée de fonds va permettre de financer le développement de la société et de ses nouveaux produits. Pour Jean-Paul Fèvre, P-DG de Plant Advanced Technologies, « ces nouveaux fonds vont nous permettre de consolider nos positions sur les marchés porteurs que sont la cosmétique et la santé animale. » Cotée sur Euronext Paris, la société de biotechnologies (40 personnes) s’intéresse par ailleurs au marché du médicament. En 2018, elle a créé Temisis, une filiale 100% dédiée au développement d’une première molécule, un anti-psoriasis.

 

 Kremernouvellepub

 


• Le bâtiment totem de la FrenchTech à Nancy sortira de terre en 2020

lorntech
Le bâtiment totem de la French Tech à Nancy devrait sortir de terre à l’horizon 2020. © Breda Architecte.

Nancy aura son bâtiment « totem » de l’écosystème numérique French Tech à l’horizon 2020. Il constituera un lieu d’échange et de créativité pour l’ensemble des start-up de l’agglomération. La société mixte d’aménagement urbain Solorem, maître d’ouvrage, assure le portage du projet au travers de sa filiale Solorinvest. La société est parvenue à réunir le tour de table nécessaire à la réalisation de ce programme en associant la Caisse des dépôts, la Banque Populaire Lorraine, Alsace, Champagne et la Caisse d’Épargne.

Le cabinet nancéien Breda Architecte pilotera la réalisation d’un ensemble de 2.500 m² sur trois niveaux en bordure de rivière, dans le quartier résidentiel et tertiaire de Rives de Meurthe. 
Pour encourager la dynamique des start-up, les agglomérations de Nancy, Thionville, Metz et Épinal collaborent au sein du sillon lorrain labellisé « French Tech » en juillet 2016. A cette occasion, le réseau a également intégré les réseaux thématiques « Fintech » (finance) et « IoT and manufacturing » (Internet des objets).

 

btdsystem 



• Les spécialistes du textile 4F et Bragard s’associent pour offrir 150 polaires à des sans-abris

polaires
Les deux étudiantes dans les métiers de la mode-vêtement à Épinal qui ont conçu une polaire pour les sans-abris à partir de second-choix de la société 4F. © Infinity group

Le fabricant lorrain de mailles textiles professionnelles 4F remettra officiellement 150 vestes en polaire à des sans-abris vendredi 25 janvier à Nancy et Épinal.  Ces polaires ont été conçues par deux étudiantes en métier de la mode-vêtement à Épinal dans le cadre d’un projet de fin d’études. La fabrication de ces polaires à l’ergonomie adaptée a été assurée par le spécialiste vosgien du vêtement professionnel Bragard. 
Igor Fosseux, gérant de 4F à Nancy explique la genèse du projet : « 500 mètres de tissu polaire nous restaient sur les bras, car leur coloris n’avait pas été accepté par le client. Nous avons demandé à deux étudiantes d’étudier un projet ». 

Fondée en 1998, 4F (7 personnes) est spécialisée dans la fabrication de maille en sous-traitance pour le marché du vêtement professionnel. La société qui travaille majoritairement à l’export est rattachée à la holding Infinity également basée à Nancy (20 personnes). La remise des polaires est organisée en partenariat avec des associations Adavie et Accueil et réinsertion sociale.


• Schneider Electric prévoit 94 suppressions de postes dans sa filiale France Transfo en Moselle.

La direction de France Transfo, filiale du groupe Schneider Electric qui emploie 360 personnes en Moselle, a annoncé aux représentants syndicaux son intention de réaliser un plan de sauvegarde de l’emploi concernant 94 postes sur son site de transformateurs électriques de Maizières-lès-Metz (Moselle). Selon l’AFP, cette dernière serait reconvertie pour la logistique et la production concentrée dans l'usine voisine d’Ennery. Une réunion du comité d'entreprise est programmée ce mercredi 23 janvier au cours de laquelle la direction devrait établir un calendrier. C.P.

Commentez !

Combien font "4 plus 2" ?