Graine d'entrepreneurs. Un train de leds pour le marquage au sol, un dirigeable de manutention pour le BTP, du matériel de laboratoire low-cost, un patch qui localise tout objet à partir d'un GPS, des logements étudiants à base de containeurs, un dispositif d’autodiagnostic médical...

Autant d'idées sur lesquelles planchent environ 70 étudiants bourguignons et franc-comtois jusqu'à la fin de l'année scolaire.

Il ne s'agit pas de simples travaux de potaches, mais de simuler la création d'une entreprise qui verra peut-être le jour.

Né d’une initiative du Réseau Entreprendre Atlantique, de KPMG et du cabinet Kiose de Nantes, ce challenge est pour la première organisé en Bourgogne et en Franche-Comté

Baptisé Les Entrepreneuriales, il s'appuie sur le savoir-faire du réseau Entreprendre (1). Un coach et un parrain épaulent chacune des équipes sélectionnées : 14 en Bourgogne, 13 en Franche-Comté.

«Il faut susciter et encourager l'esprit d'entreprendre chez les jeunes et le challenge leur permet d'apprendre en faisant», expose Bernard Broye, président d'honneur d'Entreprendre Bourgogne.

Un apprenti sur deux devient entrepreneur dans les cinq an

Les étudiants vont maintenant se mettre au travail jusqu'au mois de mars. Leur dossier ficelé, ils passeront devant un jury en avril prochain. A la clé, 6 prix entre 500 et 1000 €.

Entre temps, des soirées thématiques animées par des experts, des chefs d'entreprises et des enseignants affineront leurs connaissances du monde de l'entreprise : business plan, aspects juridiques, protection de l'innovation, marketing, ressources humaines, etc…

Originalité qui fait la richesse de l'exercice : les équipes formées de 2 à 5 personnes sont pluridisciplinaires. Les étudiants viennent de différentes filières. En Bourgogne, Arts et Métiers Paris Tech Cluny (ex-Ensam), l'ESC de Dijon, l'institut d'administration des entreprises et l'IUT de l'université ou encore l'Institut des techniques d'ingénieurs (IT2I) à Auxerre. En Franche-Comté, l'UTBM, l'ENSMM, l'IMEA, le Master management administratif et financier et l'UFR Sciences médicales et pharmaceutiques de l'Université.

Les étudiants se sont rencontrés pour détecter leurs motivations communes à l'occasion d'un speed dating avant de formaliser un projet et de poser leur candidature.

La formule est prometteuse. Selon l'expérience de la région Pays de Loire, précurseure, un apprenti entrepreneur sur deux a créé son entreprise dans les cinq ans suivant la fin de ses études.

(1) Le réseau Entreprendre

Depuis sa création en 2002, le réseau Entreprendre Bourgogne, fort de 120 chefs d'entreprises adhérents, a épaulé 116 projets (créations et reprises) et accordé 1,662 millions de prêts (de 15 000 à 45 000 € remboursables sur 5 ans avec une franchise sans intérêt de 18 mois). Le taux de pérénnité des entreprises accompagnées est de 89%.

www.reseau-entreprendre-bourgogne.fr/ Créé en 2007, le réseau Entreprendre en Franche-Comté a accompagné 33 PME qui, au 31 octobre 2010, ont créé 222 emplois. www.reseau-entreprendre-franche-comte.fr

Commentez !

Combien font "6 plus 6" ?