ValMétal développe et produit depuis 2006, à La Côte (Haute-Saône), des balayeuses de voirie dont le point fort réside sur une boîte hydrostatique exclusive. L'entreprise innove à nouveau avec un châssis électrique pour laveuse déclinable pour d'autres véhicules utilitaires. Transition énergétique aidant, le marché ouvert par cette innovation s'annonce très prometteur.

chassiselectrique
La plate-forme électrique dans sa version camion-benne, avec une lame de déneigement.© Pierre-Yves Ratti.

C'est une innovation qui a permis le développement de ValMétal en 2006 ; c'en est une autre qui lui donne un nouvel essor. Le chiffre d'affaires de ce fabricant de balayeuses et laveuses pour les collectivités, installé à La Côte (Haute-Saône) est passé de 6 millions d’€ au 31 septembre 2017 à 11 millions un an plus tard.
Cette dernière innovation est une laveuse électrique, réservée pour l'instant au marché français. L'idée est née voici quatre ans, lors d'un salon où Jacques Daval, le dirigeant, apprend que Paris souhaite une laveuse électrique. Il s'empare du cahier des charges et crée une plate-forme qui répond au besoin de la collectivité.

 

Kremernouvellepub

 

Défi rélévé et pari gagné : les services d’Anne Hidalgo, la maire de Paris, passe commande de deux machines en 2017 et la laveuse obtient le référencement UGAP, la centrale d'achat des collectivités locales, véritable sésame pour les marchés publics. Depuis, Dijon, Strasbourg, Nice et d'autres villes de France ont passé commande, faisant bondir le chiffre d’affaires de l'entreprise de 5 millions entre deux exercices.
« La laveuse électrique répond non seulement aux nouvelles contraintes écologiques en terme d'émissions de polluants, mais permet aussi de substantielles économies de carburant, tout en réduisant les nuisances sonores, ce qui ouvre la possibilité de créer des équipes de nuit », commente Jacques Daval.

La contribution de la start-up ElecSys France

montagebalayeuses
Montage d'une balayeuse.  © Pierre-Yves Ratti.

L'obstacle de l'autonomie des batteries est surmonté grâce à une start-up du Pays de Montbéliard ElecSys France à Étupes, qui a développé une batterie au lithium, fer et phosphate qui aborde « douze heures d'autonomie sans problème », explique Jacques Daval. Au dernier salon Pollutec, Val-Air a ainsi présenté une laveuse 100 % électrique.

Le châssis sur lequel la laveuse est développée est volontairement de petite taille, pour rester accessible à la conduite sans permis. Il est déclinable en une multitude d'autres véhicules utilitaires pour les collectivités : camion-benne, camion-poubelle, etc. Des perspectives multiples pour la PME qui ne compte pas en rester là en terme d'innovation et d'adaptation au développement durable : le dirigeant explore d'autres sources d'énergies, comme le gaz.
Particularité des engins de ValMétal, ils sont dotés d’une boîte de vitesse hydrostatique. La marque de fabrique remonte à 2003. « Et nous sommes toujours les seuls à l'avoir », se félicite le gérant. La  boîte de vitesse hydrostatique pilote l'ensemble des fonctions de la balayeuse à partir du moteur du camion, entraînant ainsi l’économie notable d'un moteur auxiliaire. « Une fiabilité et un confort d'utilisation » qui séduit non seulement les clients français, mais aussi les marchés européens (notamment norvégiens et suisses) qui génèrent 60% des ventes.

 

BPBFC

 

« Mais on fait toujours de la machine spéciale », insiste Jacques Daval. « Nos clients vont du menuisier local à Faurecia, GE ou Rolex ».  ValMétal coupe environ 70 tonnes de métaux par mois.
En 2017, l’entreprise a acheté les bâtiments voisins des anciens Tissages de La Côte : 8.700 m² ajoutés aux 5.600 m² des bâtiments initiaux apportent une vraie bouffée d'oxygène pour le montage des balayeuses. Un espace de présentation des véhicules électriques vient d'y être aménagé. La totalité de la nouvelle surface n'est pas encore utilisée, mais cela ne saurait tarder, si le développement se poursuit sur la même tendance…

 

laveusevalmetal
L'un des modèles de laveuses conçues par Valmétal, référencé par l'UGAP, la centrale d'achat des collectivités locales. © ValMétal

 



Qui est Jacques Daval ?

jacquesduval
Jacques Daval, le fondateur de ValMétal et sa boîte hydrostatique. © Pierre-Yves Ratti.

C’est en 1995 que Jacques Daval, jusqu'alors chef d’atelier d’un fabricant de balayeuses qui a déposé le bilan, investit dans la création de ValMétal la prime d’un licenciement économique. L’entreprise fabrique alors des machines spéciales pour des entreprises du nord Franche-Comté, comme Knauf Fibres, Peugeot, Faurecia.

Le dirigeant s'engage ensuite dans les pièces de balayeuses pour un fabricant allemand, et finit par racheter l'entreprise Haller France, l’un de ses clients. Il travaille avec la licence allemande jusqu'en 2006 et crée une filiale, Val'Air : à ValMétal la fabrication, à Val'Air la commercialisation.

Commentez !

Combien font "5 plus 3" ?