Le palais de justice de Besançon, un chantir déjà ancien du spécialiste des automatismes dans le bâtiment.
Le palais de justice de Besançon, un chantier déjà ancien du spécialiste des automatismes dans le bâtiment.

DOMOTIQUE. Spécialiste des automatismes dans le bâtiment, Arcom se déploie dans tout l'hexagone.

Cet été, le groupe implanté en Bourgogne a pris une participation dans le capital d'Iris Regulation, en Rhône-Alpes.

D'ici deux ans, Patrick Tabouret, son P-DG souhaite tisser sa toile sur le marché des automatismes du bâtiment, avec huit entités régionales.

L'entreprise de Bourgogne est présente aujourd'hui et demain au salon Intelligent Building Systems au CNIT de La Défense.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

A ses trois représentations régionales, à La Loyère (Saône-et-Loire) - le siège social -, pour la Bourgogne et la Franche-Comté, Lutterbach (Haut-Rhin) pour l'Alsace et la Lorraine, Vierzon (Cher) pour Le Centre, Arcom souhaite d'ici à deux ans en rajouter cinq autres.

Son objectif est de couvrir l'ensemble du territoire national d'agences commerciales et techniques. 

« Se rapprocher de la clientèle permet de réduire les coûts de mise en oeuvre et d'apporter un service de maintenance des installations », explique Patrick Tabouret, codirigeant de l'entreprise avec Bernard Delhomme et Gilbert Fontaine.

Le spécialiste des solutions d'automatismes et de gestion de l'énergie vise aussi les gros contrats, pour l'heure à la seule portée des majors. « En mutualisant les équipes, nous pouvons élargir l'offre de la réalisation jusqu'au suivi des installations », précise celui qui préside le cluster GA2b (gestion active du bâtiment).

Patrick Tabouret (à gauche), codirigeant de l'entreprise avec Bernard Delhomme et Gilbert Fontaine.
Patrick Tabouret (à gauche), codirigeant de l'entreprise avec Bernard Delhomme et Gilbert Fontaine. Crédit : P Bourdis

Rapprochement avec Iris Régulation

Déployées sous forme de franchises, ces agences peuvent aussi naître d'une participation au capital d'une société locale qui fait le même métier.

A l'instar du rapprochement, cet été, avec Iris Régulation (chiffre d'affaires de 1,8 million d'€ en 2012) à Chassieu (Rhône), dont Arcom a pris 20% du capital.

Patrick Tabouret esquisse un bref profil de ses futurs partenaires : « des PME de 5 à 20 personnes qui réalisent un ou deux millions de chiffre d'affaires ».

Spécialisé dans le bâtiment tertiaire et industriel, le groupe Arcom (5 millions d'€ de CA, 45 salariés) consacre pas moins de 18% de son chiffre d'affaires à la R & D.

A la fin de l'année, trois nouveaux brevets suivront les deux déposés cet été.

Neuf ingénieurs ont intégré les effectifs pour améliorer le fonctionnement des solutions d'économie d'énergie (éclairage, ventilation, chauffage) et de confort pour les usagers (occultants, contrôle d'accès, pilotage à distance).

Le marché de l'éclairage public

Les recherches portent aussi sur la qualité de l'air et la chasse aux composés organiques volatils (COV).

« Les intérieurs des bâtiments étanches à l'air issus de la nouvelle réglementation 2012 peuvent parfois concentrer plus de polluants qu'à l'extérieur », affirme le P-DG.

La recherche porte aussi sur la gestion de l'éclairage public, spécialité de  sa filiale Citylone, implantée à Messimy (Rhône) qui fabrique ses propres solutions.

Contrairement aux produits standards abandonnés au canadien Distech Controls en 2010, considérant qu'il existait suffisamment de fabricants dotés d'une force commerciale supérieure.

Arcom a équipé l'hôtel du département du Bas-Rhin à Strasbourg.
Arcom a équipé l'hôtel du département du Bas-Rhin à Strasbourg.

Sur le marché de l'éclairage public, Arcom a ambition de devenir un acteur majeur.

Cet été, le groupe a signé un accord technique et commercial avec Depagne, fabricant français de matériels de raccordement, de protection, et de distribution électrique.

Ensemble, ils développeront une gamme « qui  s'étendra du boîtier de candélabre, à l'armoire, jusqu'au poste de télégestion en intégrant la protection, le réarmement, la téléalarme et le contrôleur d'éclairage ».

Photos : Arcom e tP Bourdis.

 

Commentez !

Combien font "7 plus 6" ?