Les pays asiatiques importent de plus en plus de vins bourguignons. En fin d’année, ils devraient représenter près de 10% de l’activité internationale et, 21% avec le Japon, contre seulement 2% en 2005. VINS. La vente des vins des hospices de Beaune qui s'est déroulée hier 20 novembre, est traditionnellement l'occasion, pour les viticulteurs et négociants de vins de Bourgogne, de faire le bilan des ventes de la campagne écoulée.

Le grand export conforte une seconde année de rebond pour les ventes de bourgogne avec une hausse de 4,5%.

Les exportations progressent de 6,4% en volume et de 18,8% en valeur grâce aux États-Unis et à l’Asie.

Cliquez sur les photos si vous souhaitez les agrandir.

Avec près de 629 millions d’€ de chiffre d’affaires réalisé à l’international, les exportations de bourgogne enregistrent leur troisième meilleur résultat depuis le début des années 80.

Sur la dernière campagne de commercialisation, arrêtée d’août 2010 à juillet 2011, elles progressent de 6,4% en volume et de 18,8% en valeur. Cette croissance profite autant aux vins rouges qu’aux blancs.

Par grandes zones géographiques, viticulteurs et négociants tirent particulièrement bien leur épingle du jeu grâce au grand export.  Les États-Unis deviennent le premier marché de la Bourgogne en chiffre d’affaires avec 126,5 millions d’€ (+38%), devant la Grande-Bretagne (113,4 millions, +2%).

Les pays asiatiques importent également de plus en plus de vins bourguignons. En fin d’année, ils devraient représenter près de 10% de l’activité internationale et, 21% avec le Japon, contre seulement 2% en 2005. Parmi les plus dynamiques, on trouve la Chine et Hong Kong qui affichent des progressions respectives en valeur de 112% et 74%.

Le marché français stagne

En Europe, si la Grande-Bretagne demeure la première destination en volume (22,2 millions de bouteilles, +1%), elle n’offre guère de perspectives de croissance en raison d’une hausse constante des taxes sur le vin, d’un relèvement de la TVA et d’un taux de change défavorable.

Les ventes baissent par ailleurs dans de nombreux pays limitrophes : Belgique, Allemagne, Pays-Bas et Luxembourg. En revanche, Suède et Norvège offrent de réelles perspectives commerciales pour les vins de niche. Et tout particulièrement le crémant qui figure parmi les meilleures ventes de vins effervescents.

En France, où les AOC souffrent, la grande distribution et l’oenotourisme représentent les débouchés les plus porteurs. En hyper et supermarchés, les bourgognes battent un nouveau record avec 34,5 millions de bouteilles commercialisées.

Quant à la vente directe à la propriété, elle se développe de plus en plus tout au long de l’année, au point de friser les 30 millions de bouteilles, soit 15% du total des ventes. Pas moins de 93% des entreprises viticoles la pratique et parmi la clientèle étrangère (25% de la fréquentation) viennent en tête les Belges.

Au final, le marché national reste stable (105 millions de bouteilles, +1%) permettant une augmentation globale des ventes de 4,5%. À ces bons résultats s’ajoute une récolte 2011 plus abondante (1,55 million d’hectolitres, soit 207 millions de bouteilles) assurant une reconstitution des stocks.

Ils ne doivent toutefois pas masquer une possible détérioration de conjoncture liée à la crise financière actuelle qui incite viticulteurs et négociants à une grande prudence pour les mois à venir.

Le vignoble bourguignon

28 000 hectares en production (3 % du vignoble français).

100 appellations différentes dont, 33 appellations grands crus. 44 appellations villages et 1ers crus, 23 appellations régionales.

3 800 domaines viticoles, 250 maisons de négoce, 23 caves coopératives. La Bourgogne représente 2,8 % des échanges mondiaux de vins en valeur.

Crédit photo: BIVB, Maison Jadot et Traces Écrites

Commentez !

Combien font "3 plus 5" ?