Le site d’Alstom Transport à Ornans (Doubs), fabricant de moteurs de traction ferroviaire et d’alternateurs, poursuit à marche forcée son développement avec un carnet de commandes plein à deux ans.

Un programme de 10 millions d’euros injecté dans l’outil industriel depuis 2008, dont 2,2 millions cette année, permet d’intégrer une nouvelle ligne de production et de reconfigurer complètement les ateliers.

L’unité (460 salariés) dispose par ailleurs d’un service R&D à la hauteur de ses ambitions (3,5 millions d’euros de budget).

Pas moins de 14 personnes, dont 5 ingénieurs doctorants, planchent sur deux axes : une nouvelle gamme de moteur à aimants permanents et le volant d’inertie qui évitera l’utilisation de caténaires.

Le fret pénalise Belfort

À Belfort (Territoire de Belfort), le constructeur ferroviaire, qui emploie 660 salariés, dont 100 en R&D, vit une situation contrastée.

La fabrication de motrices TGV se porte au mieux. Grâce aux pléthoriques commandes de la SNCF : 98 unités en cours d’achèvement et 110 à réaliser, l’horizon est dégagé jusqu’en 2014.

Pour le fret, la production de locomotives mixtes (diesel et électriques) maintient une activité correcte avec 300 exemplaires à livrer.

En revanche, les locomotives électriques font souffrir le site qui termine 20 exemplaires pour le Maroc et en développe 10 autres pour la Chine.

Reste que pas moins de 7,9 millions d’euros d’investissements, dont 5,6 millions en R&D, préparent un avenir meilleur. L’industriel concocte une nouvelle locomotive et travaille à l’homologation de ses engins pour toute l’Europe.

Crédit photo : Alstom Transport

Commentez !

Combien font "4 plus 8" ?