TRANSPORT ET ENERGIE. Toutes des activités déployées sur le site historique du groupe Alstom bénéficient d’un programme d’embauches de 100 personnes, essentiellement des ingénieurs confirmés.

Le développement de nouvelles productions justifie ces recrutements qui s’étaleront jusqu’à la fin de l’année.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Fin 2012, les effectifs d’Alstom Belfort (Territoire de Belfort) atteindront les 2 900 personnes, soit une centaine de plus qu’aujourd’hui. Toutes les activités présentes sur le site historique du géant de l’énergie et des transports bénéficient de recrutements.

Une cinquantaine de nouvelles recrues rejoindront la division transport (620 salariés), spécialisée dans la conception et la réalisation des motrices TGV, ainsi que des locomotives de fret et celles des trains de voyageurs.

«Nous recherchons essentiellement des ingénieurs confirmés et aussi quelques techniciens», précise Fabien Lamy, le responsable des relations publiques et de la communication pour les sites de Belfort et d’Ornans (Doubs).

Les spécialités demandées intéressent la mécanique, l’électrique, l’électrotechnique, l’acoustique, le vibratoire et le shématique.

Le développement de nouveaux produits justifient ces recrutements. Car le constructeur ferroviaire engrange contrats sur contrats qui l’obligent à renforcer ses services d’ingénierie.

Le plus important n’est autre que le TGV français. Dans les prochaines années, la SNCF attend 170 motrices Euroduplex, son nouveau modèle à grande vitesse.

Les bureaux d’études Belfortins développent par ailleurs pour le Maroc une motrice TGV très particulière en ce sens qu’elle devra supporter d’importantes contraintes environnementales : fortes chaleurs et vents de poussières particulièrement violents.

EPR français et chinois

Avec le Kazakhstan, Alstom Belfort, qui contrôle sur place une société où elle est majoritaire, doit fournir 200 locomotives de fret et 90 à l’usage du transport de passagers.

L’entreprise assemblera à Belfort les 10 premières et livrera en kit les dix suivantes. «Toutes les autres seront réalisées dans le pays, tout en préservant la technologie maison», précise Fabien Lamy.

En Russie, l’unité comtoise met au point, pour deux types de locomotives (fret et voyageurs), la chaîne de traction qui permet de capter l’électricité. Elle travaille en partenariat avec la société locale TMH.

De son côté, la division Power, qui monte des projets clé en main dans le domaine du nucléaire et des énergies fossiles et renouvelables (hydraulique) intègrera également une cinquantaine d’ingénieurs et techniciens.

Ils seront notamment employés à concevoir et réaliser une centrale à charbon polonaise dans la ville de Rybnik et plancher sur l’EPR de Flamanville, ainsi que celui de Taishan (Chine).

Les ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise représentent actuellement les deux tiers de l’effectif d’Alstom Belfort.

Relire notre article : Alstom Transport Belfort reste sur les bons rails

Crédit photo: Alstom Belfort

Commentez !

Combien font "10 plus 10" ?