Électronique. Lorsque qu’on lui annonce que pour le renouvellement du bail, fin 2010, le loyer de ses locaux belfortins va doubler, Alain Gavois, président d’A2E, spécialisée dans les cartes électroniques, câbles et faisceaux, mais également intégrateur de produits complets, ressent un grand vide.

«Ce n’était pas viable financièrement», confesse t-il. Le déménagement s’impose alors de lui-même, mais dans un rayon d’action qui permette aux salariés de le suivre.

La nouvelle implantation, inaugurée ce jour à 10 heures, se situe à Héricourt (Haute-Saône), commune distante de seulement 13 km, grâce à l’opportunité de reprendre un bâtiment de 6 000 m2, trouvé par l’entremise d’Action 70, l’agence de développement économique départementale.

Aujourd’hui, le dirigeant, ingénieur diplômé des Arts et Métiers, qui a fait une grande partie de sa carrière professionnelle chez Bull, avant de créer A2E en 1992, respire.

«L’investissement dans le bâtiment s’élève certes à 2,2 millions d’€ et nous avons 300 000 € supplémentaires de nouveaux équipements à rentrer, mais nous sommes chez nous», explique t-il.

En outre, une amélioration considérable des flux devrait générer près de 5% de gain de productivité. Un bonus précieux dans ce secteur d’activité.

Une R&D intégrée

Car l’entreprise (12 millions d’€ de chiffre d’affaires attendu en 2011, 120 salariés) sous-traite pour partie ses services d’assemblage de cartes électroniques et de câbles et faisceaux.

Depuis quelques années, elle va toutefois au-delà et co-développe des produits complets pour le monde médical, la monétique, l’industrie de la machine-outil ou encore les fabricants d’appareils de mesure et de contrôle.

Parmi ses clients, elle compte notamment les groupes Protéor (handicap et orthopédie) et Parker Hannifin Dijon, spécialiste des composants de la maîtrise du mouvement et de la commande).

Lire à ce propos : www.tracesecritesnews.fr/actualite/parker-hannifin-remodele-son-usine-de-dijon-7557

Cet apport de valeur ajoutée résulte de l’intégration d’un centre de R&D qui compte dorénavant cinq ingénieurs.

Très participatif dans son management, avec des réunions plénières de l’ensemble du personnel, Alain Gavois, 67 ans, l’est tout autant dans son actionnariat qui compte certains cadres.

Un atout pour l’entreprise qui a su faire face pendant la crise à 25% de chute d’activité, mais sans perte financière ni chômage partiel.

Crédit photo : A2E

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Gavoisdit :

    Dommage que la pluie soit au rendez-vous pour notre manifestation.

Commentez !

Combien font "3 plus 6" ?