Dans le petit groupe microtechnique bisontin qui est en train de réécrire sa stratégie, le secteur automobile est désormais en tête. Pour honorer un contrat avec l’équipementier Valeo, Augé Microtechnic investit près de 2 millions d’€ dans deux lignes ultra-robotisées.

Nous avions quitté AMTE, l’entreprise phare du groupe bisontin Augé Microtechnic, en avril 2015. Dans son viseur, à l’époque, le marché aéronautique, qui agitait alors beaucoup le milieu microtechnique et industriel du Doubs. Le Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) venait de constituer des grappes d’entreprise pour monter en compétences et suivre la demande de ce secteur prometteur, et AMTE s’était inscrit dans l’une d’elles.
« Nous avons remporté certains marchés, certes, mais c’est un secteur où il est difficile de monter, où l’on nous demande de petits volumes. Notre filiale Brocard & Roux s’est bien développée dans l’aéro. De son côté AMTE, depuis 2015, a développé le marché automobile, où nous avons saisi de belles opportunités », explique Nathalie Augé, qui représente la troisième génération de l'entreprise familiale et assure le pilotage du groupe depuis 2013.
Les clients d’AMTE pour le marché automobile sont des équipementiers, qui montent en valeur et en volumes. « C’est aussi un bon moyen de ramener de la charge dans les ateliers et de se frotter à des challenges techniques. Dans toutes nos filiales, qui ont leur propre métier et leurs propres marchés, l’idée est de proposer des solutions techniques. C’est là-dessus que nous nous battons, pas sur les prix ni sur les standards. »


AMTE, AMTIS et cinq autres filiales

amteplan
Sous-ensemble métalloplastique obtenu par surmoulage de différents composants métalliques et d’inserts surmoulés utilisé dans les systèmes start/stop des automobiles. © Laurent Cheviet.

La solution technique développée pour l’équipementier Valeo, ce sont deux lignes robotisées dont une permettant d’assurer cinq opérations simultanées : découpage, déshuntage (séparation des pièces ou des brins de la bande porteuse), assemblage, surmoulage, contrôle caméra et contrôle électrique. Une seule ligne dotée de trois robots et permettant de fabriquer cinq produits différents. La deuxième est dotée d’un robot permettant de réaliser trois produits.
La première commence à tourner, la seconde est en cours de finalisation. Une troisième pourrait être envisagée, indique la dirigeante. 
Pour ces deux équipements, l’investissement frôle les 2 millions d’€ pour le groupe.
« Nous avons pris de gros risques et participé à faire évoluer le produit pour le rendre fabricable. Il s’agit de pièces pour la troisième génération du système stop-start de l’équipementier Valeo, produit baptisé i-StARS. Nous nous spécialisons de plus en plus dans les sous-ensembles complexes ou le découpage technique. Pour ce produit, nos filiales Brocard & Roux, AMTE, Spiral et AMTIS sont impliquées. Le projet donne du travail à l’ensemble de nos équipes. »

 BPBFC


Historiquement implanté dans la zone industrielle de Besançon-Thise, AMTE emploie 200 des 500 salariés de Augé Microtechnic Group. L’autre filiale qui monte, c’est AMTIS, spécialisée dans l’injection et le surmoulage, passée de 35 salariés en 2017 à 70, et où les deux nouvelles lignes ont été installées.
Le groupe compte cinq autres filiales : Brocard & Roux, Thise Metallum, Spiral, AMTT Tunisie et Delta Rom Technologies, en Roumanie. Le chiffre d’affaires consolidé de 2018 s’élève à 45 millions d’€, dont 45% pour le marché automobile – 36% pour l’équipement électrique, 6 à 7% pour l’aéronautique et le reste est partagé entre le médical, le ferroviaire, l’électroménager…


Croisement de savoir-faire

amteoutildecoupe
L'une des presses de découpe du groupe familial Augé Microtechnic. © Laurent Cheviet.

L’atout de ce groupe familial, c’est la diversité de ses métiers et compétences et sa capacité à les combiner. Cet atout est au cœur de la stratégie à cinq ans que Nathalie Augé et son équipe sont en train d’écrire.
Structurant, le projet Valeo s’inscrit bien dans cette stratégie. « Le client a été séduit par la diversité de nos technologies : nous fabriquons nos outils et nos moules, nous découpons de 10 à 250 tonnes, nous usinons, nous faisons du surmoulage et nous sommes réactifs », argumente Nathalie Augé. « Nous avons aussi un bureau d’études costaud, six personnes chez AMTE et neuf en tout pour le groupe. Nos clients cherchent des partenaires capables de prendre de gros projets et d’aborder plusieurs technologies et nous sommes en plein dedans. »

 

granvelle


Le partenariat avec Valeo remonte à 2015. L’équipementier avait d’abord demandé à AMTE de concevoir les prototypes de deux produits, puis quatre, puis une seconde phase de prototypes, avant de lui confier la fabrication en série. Cette collaboration étroite préfigure l’entreprise de demain. 
Déjà, dans les départements des différentes filiales, des équipes de travail ont été développées pour intégrer clients et fournisseurs et proposer des solutions de co-création.
« Chez Thise Metallum, par exemple, qui fournit la matière première, nous utilisons notre technologie de manière différente pour offrir à notre activité de découpeur ou à nos partenaires une solution plus agressive en termes de coûts », confie la dirigeante. Un croisement de savoir-faire rendu possible par la taille du groupe et bénéfique à tous. A suivre.

Nathalie Augé, présidente de Augé Microtechnic Group

nathalieauge
© Laurent Cheviet.
« Le marché automobile est un bon moyen de ramener de la charge dans les ateliers et de se frotter à des challenges techniques. Dans toutes nos filiales, qui ont leur propre métier et leurs propres marchés, l’idée est d’amener des solutions techniques. C’est là-dessus que nous nous battons, pas sur les prix ni sur les standards. »
1 commentaire(s) pour cet article
  1. Lucette et Gaby Siredit :

    La famille Augé, une famille Bisontine d'entrepreneurs , avec un E majuscule, qui a su s'adapter à un marché industriel toujours en mutation.

Commentez !

Combien font "6 plus 1" ?