TEXTILE. Menacée d'expulsion lundi 5 septembre, World Tricot Compagnie lance une souscription pour réunir au moins 150 000 euros afin de conserver ses locaux à Lure (Haute-Saône).

Avec le slogan "3000 personnes à 50€ peuvent sauver l'atelier !", la société coopérative, née de la défunte société Sarl liquidée il y a un an, interpelle sur sa situation qui n'a cessé de se dégrader depuis le procès mené contre Chanel, l'un de ses anciens clients.

Les 8 ouvrières que compte encore l'entreprise World Tricot ont confectionné une robe illustrant «la capacité de création, ici en France» dans un secteur sinistré, le textile. Elles ont passé 6 000 heures, au fil et à l’aiguille. Vendue par heure de confection, soit 15€ le 1⁄4 h ; 30 € la 1⁄2 h ; 60 € 1 h... ou plus, elle sera cédée à un musée.

Le compte à rebours a démarré le 29 juillet 2011. Le tribunal de grande instance de Vesoul a estimé que l'entreprise textile, spécialisée dans la maille, était «occupante sans titre ni droit des locaux» et l'a condamnée à verser 11 500 € mensuels à compter du 1er avril 2011, et 500 euros d'astreinte par jour de retard après le 5 septembre.

Les 150 000 € attendus sont la part que World Tricot Compagnie compte mettre dans le pot aux côtés de Bâtifranc, le crédit bailleur franc-comtois, mandaté par le conseil régional de France-Comté, pour racheter les ateliers, qu'il louera ensuite à l'entreprise sous la forme d'un crédit bail de 10 à 15 ans. Les Domaines ont estimé ce bien immobilier à 600 000 €.

Une des dernières fabriques de maille en France

Pour conforter l'opération, le conseil régional est prêt à financer un atelier d'insertion pour compléter la main d'œuvre. Un retour aux sources : World Tricot est issue d'une association, créée pour donner du travail aux femmes.

Il propose aussi un rapprochement avec la maroquinerie Dumas-Hermès à Seloncourt (Doubs).

Et après ? L'entreprise assure avoir un carnet de commande pour une année complète, soit un potentiel de 500 000 à 600 000 € de chiffre d'affaires. Elle se lance aussi dans une marque propre "Angel Batist" qui sera commercialisée en ligne ces prochains jours (http://shop.angelebatist.com).

«Nous sommes la seule fabrique en France, qui réunit autant de savoir-faire, de la fabrication de la maille à la découpe, alliant les procédés industriels et le travail à la main de crochet, broderie, tricot», argumente Yann Pelligrini, gérant.

Pour comprendre l'imbroglio dans lequel se trouve la PME, il faut remonter à 2005. A l'époque SARL, World Tricot, avait assigné en justice, la maison Chanel - l'un de ses clients - pour «contrefaçon et parasitisme». La P-DGère de l'époque, Carmen Colle, fondatrice de la société en 1987, affirme avoir reconnu dans une boutique de Tokyo un motif en maille qu'elle avait créé et que le couturier lui avait refusé.

David contre Goliath

Mise à l'index par la haute couture, à cause de cette confrontation judiciaire, World Tricot s'est retrouvée en liquidation judiciaire en juillet 2010. Faute de capitaux, la PME n'a pas réussi à honorer le plan de continuation accordé par le tribunal de commerce de Vesoul en janvier 2009 et aucun repreneur ne s'est manifesté.

Réduite à moins d'une dizaine de salariés - elle en a compté jusqu'à 90 en 2000 -, la société se transforme en coopérative avec Yvan Pelligrini, comme gérant et Carmen Colle comme directrice artistique bénévole.

Une histoire que les observateurs illustrent volontiers par "David contre Goliath". World Tricot n'avait pas plus de 100 000 € de dettes, mais plus aucun client.

Devant le tribunal de Paris, Chanel l'a emporté contre son sous-traitant, rendu coupable de «dénigrement manifeste». La maison de haute couture a toutefois été condamnée à 400 000 € d'amende pour «rupture abusive de contrat» et World Tricot à 200 000 € de dommages et intérêts.

Jugement qui reste d'ailleurs non exécuté, par ni l'une, ni l'autre partie.

Pour les contributions, voir les modalités sur le blog : http://support.worldtricotcompagnie.com/ ainsi que sur Facebook.

Mail : world.tricot@wanadoo.fr Crédits photos : World Tricot Compagnie.

Commentez !

Combien font "4 plus 7" ?