La jeune société dijonnaise finance la première production de son eau de parfum par des préventes sur la plateforme de financement participatif Ulule, jusqu’au 23 octobre. Pour se différencier des marques des grands parfumeurs, Virevolte & Cie a choisi la niche des parfums naturels, sans ingrédients synthétique. Genèse d’un projet.


Nous avions rencontré Julie Desoomer en mars 2018 à une soirée des Entrepren’Heureuses, réseau d’accompagnement de l’entrepreneuriat au féminin. Tout récemment « libérée » d’un poste de marketing dans un grand groupe international de produits d’hygiène et de soins, la jeune femme avait enthousiasmé l’assistance avec son concept de parfums selon les changements d’humeur ou d’envies dans la journée.
« A l’image d’une feuille qui virevolte, nous, femmes tantôt dévoilons, tantôt cachons certaines facettes de notre personnalité, nous pouvons être femme fatale, bohème, charismatique, sauvage…»

Un peu plus de deux ans plus tard, là voilà prête à mettre sa gamme baptisée « Virevolte » sur le marché. Une campagne de pré-ventes sur la plateforme de financement participatif Ulule, jusqu’au 23 octobre, doit lancer la fabrication de son parfum. Son objectif de 150 préventes est déjà dépassé ; cap vers les 200… Selon le montant de leur participation, les contributeurs (ou plutôt contributrices) recevront des échantillons et/ou un flacon de l’un des quatre fragrances qu’elle a imaginé sous la marque Virevolte.



justdijon


Dans ce long cheminement, le plus compliqué fut de baptiser ses eaux de parfums (la différence avec les parfums est qu’ils sont moins concentrés) sans prendre le risque que tout ou partie des noms aient été déjà déposés par un parfumeur. « Avec un cabinet spécialisé dans la propriété intellectuelle, nous avons screené 183 mots pour finalement retenir Noir Delit, Orée Dorée, Rose Métamorphose, Vert Désert, les quatre premiers parfums de la marque Virevolte, elle aussi déposée », explique t-elle. Les recettes des parfums sont, comme le veut la profession, la propriété du nez qui a composé les formules correspondant à ses souhaits, Cyrill Roland à Grasse.

La niche des parfums naturels pour se différencier des grandes marques

vivrevolteune
Les quatre jus (à droite) ont été mis au point par un nez à Grasse sur les indications de la dirigeante de Virevolte. © Quentin Guirao


Pour se différencier des marques des grands parfumeurs qui jouissent d’une réputation auprès des consommatrices et de budgets publicitaires conséquents, Julie Desoomer a choisi une niche : les parfums naturels, fabriqués sans ingrédients synthétiques issus de la pétrochimie, sans origine animale (pas de miel, pas de lait), uniquement des extraits naturels de plantes, de fruits, de fleurs et d’épices. « Cela réduit considérablement les possibilités car il n’existe que 500 molécules olfactives naturelles, encore moins si on les veut bio », précise t-elle.
L’utilisation d’alcool de blé bio comme seul conservateur, en dilution du concentré de parfum, lui permet en outre de pouvoir afficher le label Cosmos Naturel d’Ecocert. Seul le dénaturant, ingrédient qui protège contre une ingestion accidentelle, est synthétique.


Il a fallu une année pour développer les quatre jus, le nez se confrontant à la difficulté plus grande de stabiliser les caractéristiques olfactives des ingrédients naturels car ils sont biodégradables. Puis vint le temps de la déclaration de non toxicité, indispensable à la mise sur le marché.


bpbfcvirus

Ciblant les jeunes générations de plus en plus séduites par les produits nature, Julie Desoomer a voulu aller au bout de sa démarche avec des emballages éco-conçus. Le papier est non blanchi, issu de forêts labellisées FSC (gestion durable de la forêt), le carton est recyclé et la colle, végétale.
Le capot des flacons en verre sont en bois et en plastique recyclé. A part l’Italie où elle a trouvé son fournisseur de verre, tous les autres sont français, en grande partie de la région de Grasse et de Nice, berceaux du parfum en France.

Une fois réalisée la première production, les ventes seront lancées très rapidement en ligne, puis dans un réseau de boutique, à construire. « Je cherche des magasins indépendants, instituts de beauté ou autres boutiques qui ont une démarche éco-responsable », précise t-elle.

C’est à l’incubateur Deca BFC à Dijon que son projet a mûri pendant deux ans jusqu’à sa sortie en juin de cette année. Un environnement qu’elle dit très favorable à la création et qui empêche de ressentir la solitude du dirigeant, grâce à la cohabitation avec d’autres porteurs projets. Elle a activé tous les financements possibles (Bpifrance, conseil régional, Côte-d’Or Initiative, France Active) ainsi qu’un prêt bancaire pour réunir les 440.000 € nécessaires au développement du projet. « Il ne me manque plus que Réseau Entreprendre !»

 

Quels sont les principales activités économiques de la Côte-d'Or. Réponse en cliquant sur le logo

invest

2 commentaire(s) pour cet article
  1. La rédactiondit :

    Le concentré de parfum, c'est une essence de plantes ou de fruits, très concentrée, à laquelle on ajoute de l'alcool dénaturé pour en faire un parfum ou une eau de parfum, cette dernière étant plus diluée que le premier.

  2. el khattabidit :

    Que signifie concentré de parfum ? Merci

Commentez !

Combien font "2 plus 3" ?