INDUSTRIE. À deux pas de Selongey (Côte-d’Or), berceau du groupe SEB où est née la fameuse cocotte-minute - dire plutôt autocuiseur -, le site d’Is-sur-Tille vit une véritable renaissance sous l’impulsion de Christian Poulin, son directeur.

Le numéro un mondial du petit électroménager assure localement le développement des produits de cuisson électrique, ainsi que de quelques autres dédiés à la boisson et à l’univers du petit déjeuner.

Il ne cesse par ailleurs d’y investir pour accroître la fabrication des Actifry, baptisés à tort friteuses sans huile, des fours de grande capacité et de la seule machine à pouvoir faire des miches de pain.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Que les cruciverbistes nous pardonnent. La bonne définition pour trouver IS est bien évidemment : deux lettres sur la Tille.

Reste que la petite commune de Côte-d’Or n’est pas seulement connue pour combler une grille de mots croisés.

Elle accueille un site industriel du groupe SEB, devenu en l’espace de quelques années, l’un des centres de compétence mondiale du numéro un planétaire du petit électroménager pour l’activité cuisson électrique.

Ici, 80 ingénieurs et techniciens employés au laboratoire et au bureau d’études, assurent le suivi de la qualité et la qualification des produits de la famille cuisson électrique : friteuses, cuiseurs vapeur, autocuiseurs, mijoteurs, fours, grille-pain, plaques à induction…

Ils interviennent également sur certains appareils de boisson : machines à bière, traitement de l’eau…, et d’autres relevant de l’univers du petit déjeuner : cafetières, théières, bouilloires…

Le laboratoire n’a rien à envier à une cuisine centrale. Pour tester et qualifier 5 000 produits chaque année, il engloutit 10 tonnes de pommes de terre fraîches, 10 tonnes du même légume mais surgelé, 2 tonnes de farine et 2 autres encore d’aliments divers.

«Nous totalisons actuellement pas moins de 150 projets», indique Christian Poulin, le directeur industriel. Sous son impulsion, SEB Is-sur-Tille renaît depuis 2006, année sombre où le site faillit disparaître.

Près de 100 recrutements en trois ans

Et quelle renaissance grâce à l’innovation maison. L’Actifry, baptisée à tort friteuses sans huile, car elle peut cuire viandes, poissons et une multitude d’autres légumes avec un minimum de matière grasse, relègue aujourd’hui la bonne vieille friteuse à bain d’huile aux calendes grecques.

Plus de 4,4 millions d’unités de ce petit bijou de technologie sont sorties des ateliers issois (1,4 million prévu cette année).

«Nous les vendons principalement en Europe, mais l’Amérique du Nord commence aussi à bien apprécier notre gamme», explique Christian Poulin.

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la dernière innovation mise sur le marché est une autre première mondiale : une machine à faire les miches de pain.

Pour assurer l’industrialisation sur 9000 m2, les investissements productifs vont bon train. Aux 7,3 millions d’€ injectés en 2010 et 2011, s’ajoutent 4 millions cette année.

Et les recrutements suivent : 40 en 2010, 30 en 2011 et une vingtaine à venir avec quelques profils très recherchés, comme des ingénieurs développement et qualité, ainsi que des techniciens de laboratoire.

«Nous continuons d’accentuer nos efforts sur l’amélioration continue des conditions de travail, tout en visant l’objectif de 8 à 10% de gains de productivité», assure le directeur du site.

SEB Is-sur-Tille (260 salariés) génère 130 millions d’€ de chiffre d’affaires pour le groupe qui totalise 4 milliards d’€ d'activité en 2011 avec 25 000 personnes dans le monde).

Crédit photos: Traces Écrites

2 commentaire(s) pour cet article
  1. Weber Consultantdit :

    Enfin on reconnaît la valeur des ingénieurs et es dirigeants de SEB.

  2. antidotedit :

    Bravo et merci à tout ces chercheurs SEB ainsi qu'à leur Direction dynamique malgré une concurrence acharnée des pays émergents de garder notre savoir faire en côte d'or. L'innovation continuelle sur de nouveaux produits, permet à ce groupe de se maintenir au premier plan mondial de l'électroménager du plus simple au plus sofistiqué.

Commentez !

Combien font "2 plus 7" ?