Interpellés par la dépendance sanitaire du pays depuis la crise du Covid-19, les dirigeants de la tôlerie Axone Spadone et du lunetier jurassien, Naja, se sont mis pour l’un à fabriquer un distributeur de gel hydroalcoolique, pour l’autre une visière de protection. Afin de se distinguer des nombreuses initiatives du genre, les deux PME n’ont d’autre ambition que de satisfaire les besoins locaux. A moins que…


Ils ont en commun la volonté de mettre en avant les atouts du circuit-court et d’apporter leur contribution à l’indépendance sanitaire dont la crise du Covid-19 a fait prendre conscience. La tôlerie Axone Spadone, spécialisée dans les portes de garages à Delle (Territoire de Belfort) et Naja, fabricant de montures de lunettes à Chaux du Dombief (Jura) ont tous les deux conçu un outil de protection contre la contamination au Covid-19, le premier un distributeur de gel hydroalcoolique, le second une visière de protection. Ils n’ont pas la prétention de devenir des acteurs des équipements professionnels individuels (EPI), mais veulent avant tout répondre aux besoins locaux, des particuliers comme des entreprises.
« Nous jouons le made in Bourgogne-Franche-Comté pour démontrer notre savoir-faire du travail des métaux, et en particulier la découpe laser et rendre service aux habitants et entrepreneurs », explique Jean-Pierre Spadone, dirigeant de la métallerie qui porte son nom (chiffre d’affaires de 2,5 millions d’€, 16 salariés). « L’entreprise a la culture de la petite solution toute simple qui améliore l’utilisation d’une monture de lunettes, nous l’avons appliquée à un écran de protection individuelle qui sied parfaitement aux porteurs de lunettes de vue », expose pour sa part Stéphane Cornu, président de Naja dont le chiffre d’affaires s’est élevé à 3,2 millions d’€ en 2019.

bannierecommunebp


Chez Axone Spadone, tout démarre la veille du déconfinement. En famille, en ce dimanche 10 mai, le dirigeant trace au crayon de papier quelques croquis d’un distributeur de gel hydroalcoolique. Il sait qu’il n’est pas le premier à utiliser son outil de production et sa matière grise pour imaginer cette solution pratique pour les commerces et les entreprises, mais peu importe. Dès le lundi matin, il met quatre de ses collaborateurs sur le sujet : le bureau d'études, un technicien tôlerie, le designer et le commercial.
« Anthony, reclus en télétravail, raconte Jean-Pierre Spadone, se lance aussitôt dans la conception, Julie notre back office à elle toute seule, de chez elle également, s'attelle à dessiner des faces avant qui rendent le produit sympathique et Joseph, confiné à Lyon, étudie le marché et les possibilités d'intégrer ce produit à notre très performante boutique en ligne. »

spadoneequipe
Anthony Halim, du bureau d'études (à gauche) et Mevlut Habas, technicien des méthodes, deux des salariés qui ont participé à la conception du distributeur de gel hydroalcoolique de Axone Spadone.

Le jeudi, Mevlut, le technicien méthode, seul de cette équipe de choc à être physiquement présent dans l’entreprise, prend le relais. Il traduit le fichier en langage machine. Le distributeur sera fabriqué avec le tout dernier équipement acquis il y a quelques mois, doté d’un poinçonnage électrique, d’une découpe laser et d’un four de thermolaquage. « Le top en matière de tôlerie fine. » Le vendredi, le premier exemplaire est assemblé et testé.
La commercialisation du totem à gel (au prix de 225 € TTC) démarre grâce au bouche à oreille et dans la boutique en ligne que le métallier a développé il y a quelques années pour les commandes de portes motorisées qui sont sa spécialité, la quincaillerie et autres pièces détachées.
Son distributeur est également référencé dans les réseaux des chambres de commerce de Bourgogne-Franche-Comté et a pris place la semaine dernière dans le showroom de vente de matériels d’équipement de sécurité sanitaire que la CCI du Territoire de Belfort a installé dans ses locaux – « tous de fabrication française et terrifortaine de préférence » –.

Une visière fortement inspirée d’une monture de lunettes

najazoom
Le fabricant de montures optiques et solaires Naja a d’abord réfléchi au confort des porteurs de lunettes.

Le lunetier jurassien Naja s’est quant à lui interrogé sur le port du masque, inconfortable avec des lunettes. Ce qui a débouché sur une visière bandeau destinée au moins dans l’immédiat, aux particuliers et aux professionnels de son bassin d’emploi : commerçants, enseignants, agents d’administration, hospitaliers, …qui ne veulent ou ne peuvent pas se « barricader «» derrière une barrière de plexiglas.
« Pour la concevoir, nous avons procédé comme pour les montures de lunettes ; nous avons questionné les utilisateurs, nos salariés et leur entourage », raconte Stéphane Cornu, le président de cette PME de 50 salariés qui, en raison de la forte concurrence étrangère dans la lunetterie se positionne comme un apporteur de solutions techniques et esthétiques qu’il met aussi à profit pour les marchés du luxe et du médical.


micronoramnouveau



Le résultat prend en compte le confort des porteurs de lunettes de vue et une facilité d’usage, notamment le montage et démontage de l’écran de protection, en PVC, par simple rotation. Celui-ci est fixé sur une monture en acier inoxydable dont la forme ressemble fort à une monture de lunettes avec des plaquettes de nez et des embouts de branches réglables.
Depuis la semaine dernière, la visière est vendue directement à la fabrique, pour l’instant grâce au bouche à oreille. L’entreprise est également en train de démarcher les professionnels de la région et compte commercialiser sa visière prochainement chez les opticiens qui distribuent ses produits.

montage protect3
Montage et démontage de la visière de Naja.
najaune
Les compétences de Naja dans différents métaux et matériaux composites lui ouvrent aussi le marché des microtechniques.


Bon à savoir : Les entreprises de moins de 50 salariés et les travailleurs indépendants peuvent bénéficier d’une aide de leur caisse d’assurance maladie au titre des risques professionnels, pour un montant minimum d’achat d’équipements de protection, de 1.000 € HT pour une entreprise avec salariés et de 500 € HT pour un travailleur indépendant sans salarié.

Photos fournies par les entreprises.

Commentez !

Combien font "7 plus 9" ?