David Sauvan et son associée, Kelly de Freitas, fondateurs de quatre agences Temporis dans le Doubs, recherchent en permanence de nouvelles modalités de recrutement. La réalité virtuelle leur en offre une précieuse pour des postes d’intérimaires aux tâches répétitives. Guillin Emballages, pour son unité d’Ornans et siège social du groupe (*), a répondu favorablement à cette expérience et l’essai semble plus que concluant selon son responsable des ressources humaines, Lionel de Chalain.


L’expérience est vraiment bluffante et sans doute assez rare pour ne pas dire unique. A travers les lunettes de réalité virtuelle, on découvre chez Guillin Emballages à Ornans (Doubs), l’atelier de thermoformage parfaitement modélisé, avec même en prime ses bruits. Une réalisation signée du Bisontin Sekhem Studio. Il ne s’agit toutefois pas d’un énième jeu vidéo à l’usage des pauses du personnel, mais d’un réel test de recrutement à l’attention des intérimaires.

mecateam


Ne brûlons toutefois pas les étapes et expliquons déjà la problématique initiale qui a conduit David Sauvan et Kelly de Freitas, à la tête de quatre agences Temporis dans le Doubs, et le fabricant d'emballages alimentaires, pour son site franc-comtois et siège social, à recourir à une telle méthode, dont le coût de mise au point demeure confidentiel.

lioneldechalain
Lionel de Chalain, responsable RH chez Guillin à Ornans.

« Nous sommes situés dans la vallée de la Loue et il n’est pas facile de recruter d’autant que nous employons sur site 330 CDI/CDD et 90 intérimaires, aussi souhaitions-nous élargir notre cible à des personnes qui ne possèdent pas forcément d’expérience industrielle », indique Lionel de Chalain, responsable des ressources humaines (RH) à Ornans. En outre, pour les employeurs, le turn over ou rotation d’emploi des intérimaires est une plaie, car employés dans des périodes de pics d’activité, les remplacer au pied levé peut ne pas être évident, surtout pour des tâches répétitives.
Ce que confirme David Sauvan qui assure pas moins de 40% des emplois intérimaires chez Guillin. « Grâce à cette méthode nous voulons éviter les erreurs de casting, source de perte de temps »,  indique le recruteur.

 

flandria

 

Une reprise des recrutements

davidsauvanandco
David Sauvan et son associée Kelly de Freitas.

Ils font partie des 170 agences estampillées Temporis, emploie 11 collaborateurs et atteignent 11 millions d’€ de chiffre d’affaires. David Sauvan et Kelly de Freitas exploitent trois agences d’intérim (Besançon, Saint-Vit et Ornans) et une autre pour des contrats CDD et CDI (Besançon). Leurs spécialités : l’agroalimentaire et l’horlogerie. Après trois mois d’inactivité en 2020, crise sanitaire oblige, les recrutements sont repartis depuis octobre dernier.
Tant les candidats manquent pour certains profils industriels que Temporis les recherchent souvent atypiques, mais avec un bon savoir-être. Au-delà pour les cadres et les techniciens, le même constat apparaît : l’industrie manque de tout et pourtant, perd des emplois en Bourgogne-Franche-Comté. Un paradoxe lié à l’inadéquation chronique entre les formations et les besoins des entreprises.

bpbfc


La réalité virtuelle, gomme-t-il ce handicap ? Oui, répondent en cœur Lionel de Chalain et David Sauvan. Pourquoi ? Car la mise en situation est quasi-parfaite. Les candidats chaussent les lunettes et prennent dans chaque main un joint stick (ou manette). Durant cinq minutes, ils lancent la production et établissent un contrôle qualité des barquettes thermoformées qu’ils doivent ensuite mettre en carton.

 

guillininterimaire
© Sekhem Studio.

 

Les deux premières séries sont conformes, la troisième revët un défaut et doit être rejetée par le candidat intérimaire. Le test prend cinq minutes montre en main et détermine si le potentiel du candidat présente une bonne adéquation au poste. « Nous gagnons vraiment du temps d’un côté comme de l’autre et évitons des désillusions. » L’expérience, jugée concluante, sera prochainement étendue à l’atelier de préparation de commandes.

(*) Le groupe Guillin, coté en bourse et leader européen des emballages alimentaires (surtout pour le frais) emploie pas moins 3.000 personnes et réalise environ 600 millions d’€ de chiffre d’affaires.

Commentez !

Combien font "5 plus 10" ?