mobilier urbainmacon
Sineu Graff travaile sur le mobilier urbain depuis plus de 40 ans en France et maintenant à l'étranger. Ici, une table de rue à Mâcon (Saône-et-Loire).

 

MOBILIER URBAIN/ALSACE. Quand il s’agit d’innover dans le mobilier urbain, Sineu-Graff est rarement à court d’idées. La PME familiale de Kogenheim (Bas-Rhin) s’efforce déjà depuis quelques années de révolutionner le bon vieux banc public. A présent, elle s’attaque à nos déchets.

 

Dans le mobilier urbain, l'Alsacien Sineu-Graff a déjjà révolutionné le bon vieux banc public. C’est ainsi qu’elle a donné naissance à un banc modulaire en bois (Lire ici l'article de Traces Ecrites News). Par ailleurs, sa gamme « Twist » de chaises, fauteuils et banquettes imbricables s’adapte à toutes les postures et leurs tablettes permettent aisément de poser un objet, ordinateur, plat à manger…


A présent, Sineu-Graff s’attaque à nos déchets. En les mariant… aux nouvelles technologies. Cela porte un nom : I-Jumbo. La nouveauté a été présentée au dernier salon Pollutec à Lyon en fin d’année dernière.

 

balayeuseaspiratrice
Le capteur électronique niché dans le conteneur va mesurer son taux de remplissage.

En association avec Estelec, un fabricant alsacien de pièces et cartes électroniques, elle ajoute les NTIC à un premier produit innovant qu’elle déploie depuis cinq ans : le Jumbo, formé d’une corbeille de propreté en surface et d’un conteneur enterré où les déchets s’entassent. Le personnel de collecte les récupère par une trappe où ils font passer une balayeuse aspiratrice, ce qui leur évite le contact direct avec les déchets.


Comme souvent chez Sineu-Graff, les derniers développements sont le fruit d’un long brainstorming dont le président Vincent Schaller est le meilleur conteur avec des mots simples.

 

Donnons-lui alors la parole. «  Le problème des poubelles est double : certains des objets à jeter sont de plus en plus grands et on se heurte à une limitation d’acceptation de contenance. Un énorme conteneur est on ne peut plus inesthétique dans une ville. D’où notre solution enterrée (d’une capacité unitaire de 750 litres, NDLR). »

 

banniere adhex

 

La collectivité ou l'exploitant privé du ramassage des déchets a un autre souci, expose Vincent Schaller. « Ne plus vider du vide ! Autrement dit, ils cherchent à optimiser les tournées afin de collecter le maximum de volumes en une seule fois. Encore faut-il savoir quel est le bon moment pour le faire. D’où l’intérêt d’I-Jumbo ».


Le capteur électronique niché dans le conteneur va mesurer son taux de remplissage. Les développements ont permis de le rendre indifférent aux variations de température et aux saletés. Il transmet l’information à une plate-forme d’exploitation des données.

 

« On peut ainsi organiser une tournée en quelques minutes. Ou répondre à un besoin ponctuel lié à un événement, une manifestation, un spectacle… », ajoute Vincent Schaller. Le dirigeant précise que la solution peut aussi se greffer sur un « Jumbo » classique. Le surcoût se monte à 500 € par conteneur hors abonnement GSM, mais la solution génère ensuite des économies de fonctionnement, appuie-t-il.

 

sineusoudure
Sineu Graff conçoit le mobilier urbain mais le fabrique ausi. ici un robot soudeur.

 

Toutes les données constituent une mine d’informations statistiques précieuses au service de ramassage - poids, volumes, fréquence et durée de tournées… - lorsqu’il sort le nez du guidon… ou de la poubelle, pour prendre le temps d’analyser son fonctionnement afin de l’améliorer.


Quelques villes comme Metz, Toulouse, Bayonne ou Villejuif forment un premier noyau d’utilisateurs de la dernière nouveauté. Sineu-Graff compte sur l’I-Jumbo pour repartir de l’avant. Car son cœur de clientèle, les collectivités locales, n’est pas en phase haute d’investissement.

 

poubellesLa PME de 100 salariés prévoit de perdre 1 million d’€ de chiffre d’affaires le 31 mars prochain, à l’issue de son exercice en cours, par rapport aux 16 millions d’€ de 2013-14.

 

« Ce léger recul n’est pas étonnant pour un exercice post-électoral », commente Vincent Schaller, qui a succédé à son père Gérard, fondateur de Sineu-Graff au début des années 1970.

 

L’export apporte cependant à l’entreprise un relais de croissance. Il représente 15 % du chiffre d’affaires. Le mobilier urbain signé Sineu-Graff se retrouve jusqu’au Moyen-Orient.

 

Photos fournies par Sineu Graff.

Commentez !

Combien font "7 plus 3" ?