L'investissement dans cette nouvelle cuverie dépasse les deux millions d'€.
L'investissement dans cette nouvelle cuverie dépasse les deux millions d'€.

VIN. La filiale icaunaise du négociant beaunois Louis Latour inaugure ce jeudi 25 avril 2013 sa nouvelle cuverie. Le site bénéficie de plus de 2 millions d’€ d’investissements sur 3 ans.

Dirigée par Jean-Philippe Archambaud, la maison de vins chablisienne, également élaboratrice de crémant, compte améliorer de 20 à 30% sa productivité.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Il devrait y avoir foule (*) ce jeudi soir 25 avril 2013, à Chitry-le-Fort (Yonne), pour l’inauguration de la nouvelle cuverie de la maison Simonnet-Febvre.

Ce producteur de vins de Chablis et de crémant, filiale depuis 2003 du négociant beaunois Louis Latour, bénéficie dorénavant d’un site industriel de 3000 m2, aux dernières normes et doté d’équipements performants.

Acquis en 2005, il a été étendu de 2000 m2 pour offrir une capacité de vinification de 6 000 hectolitres.

« Nous avons particulièrement soigné la logique des flux pour travailler nos raisins et nos moûts par gravitation (ndlr : 12 mètres de dénivelé) en limitant au maximum les variations de températures », explique Jean-Philippe Archambaud, le directeur général.

L’investissement dans cette extension et l’acquisition de nouveaux matériels : chaîne automatisée de mise en bouteille, conquet vibrant (**), cuves thermo-régulées, générateur d’azote… s’élève à 2,1 millions d’€ et génèrera la création de deux emplois : caviste et conducteur de ligne.

«Nous avons dépensé 1,4 million dans l’immobilier, 300 000 € en équipements et nous avons encore prévu 400 000 € d’ici à trois ans dans du matériel supplémentaire », précise le dirigeant.

Jean-Philippe Archambaud, directeur général de la maison de vin chablisienne Simonnet-Febvre (photo : Michel Joly).
Jean-Philippe Archambaud, directeur général de la maison de vin chablisienne Simonnet-Febvre (photo : Michel Joly).

A l'affût de toute opportunité d'acquisition de foncier

Au final, l’entreprise, qui emploie 8 personnes, compte améliorer de 20 à 30% sa productivité et vise dans les 4 ans, 5 millions d’€ de chiffre d’affaires, contre 3,7 millions d’€ aujourd’hui, dont 90% d’export.

Simonnet-Febvre est une vieille maison chablisienne. Son origine remonte à 1840 avec pour activité d’origine la tonnellerie dans les mousseux.

Les vins effervescents font d’ailleurs toujours partie de son ADN puisqu’elle élabore 25% de sa production (900 000 bouteilles) en Crémant, à Chablis même.

L’entreprise possède également 5 hectares de vignes en appellations : Chablis Village, 1er cru Mont de Milieu, Grand Cru Les Preuses.

« Nous cherchons à l’étoffer et sommes à l’affût de toute opportunité d’acquisition de foncier », indique Jean-Philippe Archambaud (38 ans), ingénieur agronome et œnologue de formation, qui a longtemps travaillé en Australie. 

Simonnet-Febvre fait du négoce dans 45 pays. Son premier débouché n’est plus l’Angleterre, mais les États-Unis, marché actuellement très porteur pour les Chablis.

Alors que les ventes en France restent toujours difficiles, l’exportation booste de nouveau les blancs de l’Yonne.

Avec pour conséquence : le retour du vieux démon de la flambée des prix qui a pourtant tant fait souffrir le vignoble chablisien.

L'entreprise viticole, filiale depuis 2003 du négociant beaunois Louis Latour, vise les 5 millions d'€ de chiffre d'affaires.
L'entreprise viticole, filiale depuis 2003 du négociant beaunois Louis Latour, vise les 5 millions d'€ de chiffre d'affaires.

(*) Plus de 200 personnes.

(**) Équipement permettant de réceptionner la vendange, de la distribuer régulièrement sans trituration et d’égoutter les jus libres de façon efficace.

Autre crédit photos : Simonnet-Febvre

Commentez !

Combien font "1 plus 9" ?