La directrice générale de la société bourguignonne SEB rayonne sur le berceau historique du leader mondial du petit électroménager. Elle multiplie les innovations sociales et suit de très près les évolutions technologiques comme le tout nouvel appareil de cuisson à la vapeur qui préserve le goût des aliments, mis au point et fabriqué à Is-sur-Tille. Vous pouvez retrouver son portrait dans la dernière mouture de notre magazine annuel 60, le best of, entièrement consacré à des cheffes d’entreprise et dirigeantes et dont le lancement a eu lieu hier soir 4 juin au Grand Hôtel La Cloche à Dijon.

Elle reçoit tout sourire dans son bureau de Selongey, en Côte-d’Or,  là où est né au milieu du siècle dernier l’autocuiseur plus connu sous le nom de cocotte-minute®, qui a fait le succès de ce qui est devenu le groupe SEB, basé à Lyon et coté en Bourse mais toujours contrôlé par la famille fondatrice Lescure.
Sandrine Vannet dit vivre un grand bonheur professionnel à diriger la SAS SEB, entité du numéro un mondial du petit électroménager qui intègre les sites de Selongey et d'Is-sur-Tille en Côte-d'Or et de Lourdes (Hautes-Pyrénées). « Il y a bien sûr dans chacun d’eux un directeur opérationnel avec lequel je collabore étroitement, mais j’assume l’organisation, la coordination et l’optimisation de l’ensemble », précise la dirigeante.

 BPBFC

 

Plonger dans son univers, c’est découvrir un monde d’innovation et d’initiatives en matière de ressources humaines. Car cette jurassienne, qui a démarré son parcours professionnel dans une entreprise de réinsertion, possède un sens assez aiguisé de l’empathie. Ce qui l’a conduit progressivement à devenir responsable des relations humaines des sites bourguignons, et plus tard, directrice dans la même fonction des activités du pôle cuisson électrique.
Puis, un jour de 2016, à succéder à Philippe Crevoisier au poste de directeur général de la SAS SEB, le berceau historique du leader mondial du petit électroménager, affichant 6,81 milliards d’€ de chiffre d’affaires avec 34.000 personnes dans le monde, dont près de 6.000 en France et environ 900 en Bourgogne.

Deux centres mondiaux de compétence en Bourgogne

L’innovation, Sandrine Vannet la vit presque au quotidien avec le dernier né des produits du site d’Is-sur-Tille, centre de compétence mondiale des produits de cuisson électrique, situé à deux pas de Selongey qui bénéficie du même statut mais pour les autocuiseurs. Baptisé Steam’Up et vendu sous la marque Moulinex, cet appareil électrique réinvente la cuisson à la vapeur en ne délavant plus les aliments.

steamup
Le Steam’Up a pour particularité de cuire les aliments en faisant circuler la vapeur de haut en bas. © Groupe SEB.

Il prend la forme d’un générateur de vapeur qui se pose sur différents récipients ronds et même carrés : poêles, plats, casseroles, saladiers…, et injecte la vapeur de haut en bas, évitant qu’elle ne tourne autour des aliments. Conçu dans cette commune connue de tous les cruciverbistes, sa fabrication se fait aussi sur place. Treize ingénieurs et techniciens, sur la petite centaine du site qui développe pas moins de 120 projets par an, ont étudié ce nouveau produit.

 

Kremernouvellepub

 

Quant aux ressources humaines, Sandrine Vannet en fait un laboratoire d’idées, vite mises en pratique pour améliorer la qualité de vie au travail. Un module de gestion des messageries qui libère des réponses immédiates et chronophages, des espaces partagés qui ne dépassent pas douze personnes, d’autres pour réfléchir en plus petit comité ou s’isoler dans une ambiance zen : ses initiatives en font une DRH très écoutée de toute l’activité du culinaire électrique.
Son périmètre d’action intègre six sites, dont trois à la marque Moulinex, soit pas moins de 1.500 personnes. « J’en suis très heureuse car j’ai toujours eu une forte appétence pour les relations humaines », confesse Sandrine Vannet.

lignemontageissurtille

Assemblage du Steam'Up sur une ligne dédiée à SEB Is-sur-Tille. © Groupe SEB.

 

Mieux connaître le bassin d'emploi d'Is-sur-Tille sur le site de

invest

Commentez !

Combien font "6 plus 6" ?