Après les toues cabanées pour un séjour flottant, à quai ou au mouillage, voici Rêve de Robinson pour tous ceux qui préfèrent le plancher des vaches. Cet habitat de loisirs insolite, coiffé d’une coque de bateau renversée, devrait séduire les adeptes d’un tourisme doux. Le groupe les Canalous, à Digoin (Saône-et-Loire), le présente pour la première fois aujourd’hui 5 novembre, sous la marque « slowmoov », au Salon professionnel des équipements de l’hôtellerie de plein air (Sett) de Montpellier.

 

Claude Carignant (63 ans), fondateur en 1982 de la société de location de bateaux de plaisance Les Canalous à Digoin (Saône-et-Loire), aujourd’hui présidé par son fils Alfred, assouvit ses rêves de gosse. Ce fils d’ébéniste, à la tête du chantier naval CPC (*), présente aujourd’hui au Salon professionnel des équipements de l’hôtellerie de plein air (Sett) de Montpellier « Rêve de Robinson », son tout nouvel habitat insolite de loisirs et de plein air.

 

signature

 

Destiné à prendre place au sein de villages de vacances terrestres, contrairement à la toue cabanée - autre habitat maison insolite mais flottant -, il n’est pas sans évoquer le monde fluvial, voire marin. À preuve, ses 20 m2 habitables et six couchages possèdent pour toit une coque de bateau renversée. L’intérieur tout en bois, qui fleure bon un look un peu vintage, a été optimisé au maximum.
« Par souci de gain de place, le plateau de table se lève ainsi au plafond », indique Claude Carignant, qui espère commercialiser une centaine d’unités au total, à 25.950 € HT chacune.

claudecarignant
Claude Carignant au milieu de ses toues cabanées dans le village flottant de Chassenard (Allier). © Traces Ecrites.

 

Des villages en propre et en franchise

Les premiers modèles seront disponibles dès l’an prochain dans l’un des trois villages de vacances (**) qu’exploite en propre la famille Carignant sous la marque « Slowmoov ». Ils rejoindront des roulottes, des Pods, issus de l’agencement de ces gros tonneaux de 250 hectolitres appelés foudres, et transformés en hébergement pour deux personnes. « Ce marché du tourisme doux ou slow tourisme est porteur mais encore peu organisé, c’est pourquoi nous souhaitons en devenir un acteur de référence, en termes de distribution et de sourcing », explique le dirigeant.

 

workker

 

Pour réussir ce pari avec une offre de villages également conçue pour être franchisée, Claude Carignant doit pouvoir s’appuyer sur des sites à l’environnement préservé d’au moins quatre hectares, voire plus s’il y a un plan d’eau. La réussite vient ensuite de la commercialisation sur la moitié des 220 jours possibles dans l’année.
De son côté, la société de location Les Canalous et ses 500 bateaux poursuit ses développements à l’appui de 40 bases en Europe, dont la moitié en France exploitée en direct. Le dernier en date réside dans un bateau à propulsion entierrement électrique qui croise sur le canal de la Sarre en Alsace. L’entreprise emploie, selon les saisons, de 50 à 110 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 8 millions d’€.

tablequiseleve
Tout a été conçu pour optimiser la place, avec ici la table du carré que l'on peut lever au plafond. © Slowmoov.

 

(*) Ce chantier, situé aussi à Digoin, outre ces habitats insolites de plein air, construit aussi des bateaux de plaisance. Plus de 60% de la flotte des Canalous sort de ses ateliers où travaillent une quinzaine de salariés.
(**) L’un se situe en Champagne, près de Bar-sur-Aube et possède 45 hébergements. Un autre est implanté à Chavannes (Allier) et loue 25 hébergements, dont 15 toues cabanées. Le dernier a été créé en Corrèze et commercialise 35 hébergements sur la commune de Chamberet.

couchagerevederobinson
L'un des couchages double sur un total de six car un autre est possible dans le carré et deux dans les coursives. © Slowmoov.
1 commentaire(s) pour cet article
  1. Philippe Blotdit :

    Belle réalisation,fonctionnelle et originale. Mais hélas trop inaccessible sur un plan financier... Bon vent tout de même pour cette conception originale. Bien cordialement.

Commentez !

Combien font "2 plus 3" ?