Ergonomie. Avec la société auxerroise (Yonne) RB3D, pour Robotique 3 Dimensions, nous pénétrons dans le domaine de l’ergonomie.

C’est-à-dire l’étude scientifique des relations entre l'homme et son milieu professionnel, ainsi que l'application de ces connaissances à la conception de systèmes dédiés à offrir le maximum de confort, de sécurité et d'efficacité à l’accomplissement de tâches, pénibles comme répétitives, en soulageant l’effort physique.

L’entreprise (plus de 500 000 € de chiffre d’affaires, 11 salariés) imagine, réalise à façon et installe des dispositifs d’assistance à certains gestes dans le but de réduire, voire d’empêcher, les troubles muscolo-squelettiques. Ces fameux TMS !

«Nous avons recours à la mécatronique qui marie la mécanique, l’électronique et l’informatique», explique Olivier Baudet, le responsable du développement.

Quelques exemples aideront à comprendre : la mise au point d’une canne spécifique de pulvérisation qui permet de nettoyer les endroits peu accessibles d’une machine ou encore, la création d’une pince à sertir utilisée notamment pour le câblage aéronautique.

Une nouvelle unité dans les deux ans

RB3D intervient aussi dans le médical. Elle a développé pour le compte de la société d’Alain Meunier, kinésithérapeute de métier, qui a inventé le Dédolor, un appareil d’assistance lors des massages.

Le plus spectaculaire relève toutefois de la cobotique. Ici, nous pénétrons dans un monde futuriste, admirablement mis en scène par certaines séries télévisées américaines.

«Il s’agit d’une robotique collaborative où l’homme travaille avec un robot qu’il commande», précise Olivier Baudet. On peut ainsi citer une meuleuse à l’attention des chaudronniers industriels.

Les innovations d’RB3D prennent aussi la forme d’exosquelettes pour porter de lourdes charges, dans le BTP, la logistique ou encore l’armée. Et oui, l’équipement d’un militaire en campagne atteint 50 kg, voire plus, ce qui peut le rendre moins efficace en intervention.

Titulaire de quatre brevets et de plusieurs licences d’exploitation, RB3D, fondée en 2001 par Serge Grygorowicz, passe aujourd’hui à la vitesse supérieure afin de tripler son activité à trois ans.

Elle recrute progressivement une dizaine de personnes : ingénieurs, techniciens CAO, monteurs assembleurs. Son nouveau bâtiment de 1000 m2 près du parc des expositions d’Auxerre, construit par Yonne Équipement pour un million d’euros, verra le jour dans les deux ans.

«Nous ciblons parallèlement l’exportation dans les pays européens : Allemagne, Angleterre, Scandinavie…», argumente le directeur du développement. L’entreprise donne rendez-vous au salon Préventica : à Rennes du 18 au 19 mai et à Lyon du 27 au 29 septembre.

Crédit photo: RB3D

1 commentaire(s) pour cet article
  1. alain Meunierdit :

    Bravo pour votre concept qui apporte du lien aux entreprises et aux entrepreneurs du Grand Est. Mon témoignage est un peu narcissique puisque Rb3d parle de mon invention Dedolor. Merci d'encourager la recherche et l'innovation dans la région qui sont souvent le fait de petites structures, discrètes.

Commentez !

Combien font "5 plus 8" ?