MÉCATRONIQUE. L’entreprise d’ingénierie d’Auxerre (Yonne), inventeur d’Hercule, le premier exosquelette européen, en crée un second, baptisé Héraclès.

Plus fort, plus souple, plus maniable, il épaulera le militaire en opération, le pompier en intervention et, à terme, les civils employés à des tâches pénibles et répétitives.

RB3d veut lever 3 millions d’€ pour financer en partie ses recherches et faire construire une unité industrielle par les bons soins de Yonne Équipement.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Non, vous n’êtes pas plongé dans l’univers fantastique de votre petit dernier. Hercule, le premier exosquelette européen mise au point par la société auxerroise Rb3d, existe bel et bien.

Et même s’il s’agit d’un modèle de démonstration qui a convaincu la Direction Générale de l’Armement (DGA) d’aller plus loin dans les recherches pour assister le fantassin, cet homme-machine fonctionne à merveille (lire la vidéo ici).

Quarante petites secondes suffisent pour le revêtir ou l’ôter et il offre une grande fluidité de mouvements. Son alimentation entièrement électrique grâce à une centrale inertielle procure une plus grande autonomie. Et puis, Hercule porte bien son nom : il aide à soulever 40 kg comme s’il s’agissait d’un seul.

Bref, selon plusieurs spécialistes en mécatronique (*), cette innovation Made in France est plus performante que la concurrence japonaise bourrée d’électrodes sur les muscles, et que celle d’outre-Atlantique, inondée de capteurs qui alourdissent l’engin.

Aussi, un petit frère va t-il voir le jour en 2015 à l’invitation de la DGA qui finance 1,8 million d’€ des 3 millions d’€ du programme global de R&D.

«Nous le baptisons Héraclès, soit le pendant d’Hercule dans la mythologie grecque, mais il sera bien plus performant», indique Serge Grygorowicz, P-DG de Rb3d, installée depuis 10 ans au sein de la pépinière d’Auxerre (Yonne).

Héraclès pourra embarquer jusqu’à 100 kg de charge. Constitué en matériaux composites, il permettra des marches soutenues et effectuera même de petits sauts, le tout avec une infinie souplesse «Il protégera en outre le démineur et aidera le pompier en intervention pour le port des tuyaux», précise le dirigeant.

Un marché potentiel de 275 millions de $

Mais, il pourra également avoir sa déclinaison civile. Alors imaginez un peu le soulagement pour tous les médecins du travail qui seront de moins en moins confrontés à des troubles musculo-squelettiques, les fameux TMS.

«Nous développons déjà des bras articulés pour le brossage des pneumatiques de poids lourds et nous pensons mettre sur le marché en 2015 deux cents exemplaires d’un exosquelette civil, dérivé d’Héraclès», révèle Vincent Mauvisseau, l’associé de Serge Grygorowicz.

Cette assistance aux gestes pénibles et répétitifs révolutionnera certains métiers de l’industrie et du bâtiment, non seulement en termes de sécurité et de santé au travail, mais également de productivité.

Si elle reste un marché de niche, évalué à 275 millions de $, la cobotique, nom donné à cette technologie de conception d’équipements permettant d'assister l'homme dans des tâches professionnelles, a toutefois un bel avenir.

Pour devenir l’un des acteurs mondiaux du secteur, Rb3d (un million d’€ de chiffre d’affaires, 10 personnes) doit muscler ses fonds propres. L’entreprise, qui accouple l'homme et la machine, accueille déjà à son capital, depuis 2010, l’IDEB et le CEA Investissement. Elle l’ouvre aujourd’hui de nouveau pour lever 3 millions d’€.

Cette somme lui permettra notamment de financer la R&D, mais également de faire bâtir une unité de production. Elle s’installera à Auxerre, sur 1 000 m2 près de la rivière Yonne près du campus universitaire.

Le bâtiment sera construit par la société d’économie mixte Yonne Équipement. Dans l’espoir d’être opérationnel en 2014, cet investissement s’élève entre 1,5 et 1,8 million d’€ avec les équipements.

«Si tout se passe bien, nous devrions être capables d’atteindre les 5,5 millions d’€ en 2015 et de compter un effectif de 34 salariés», espère Serge Grygorowicz.

(*) Selon Wikipédia, la mécatronique est la combinaison synergique et systémique de la mécanique, de l'électronique et de l'informatique. L'intérêt de ce domaine d'ingénierie interdisciplinaire est de concevoir des systèmes automatiques puissants et de permettre le contrôle de systèmes complexes.

Crédit photos : Rb3d et Traces Ecrites

Commentez !

Combien font "7 plus 2" ?