En complet décalage avec la grande vitesse qui a saisi l’industrie automobile, l’usine PSA Peugeot-Citroën de Mulhouse se tourne vers la voie d’eau de petit gabarit pour acheminer une partie de ses pièces.

Un premier chargement de 250 tonnes de disques et moyeux lui est parvenu lundi 21 juin, en provenance de la fonderie Sept-Fons de PSA dans le Massif Central, au terme de… dix jours d’un parcours jalonné de la bagatelle de 176 écluses. Itinéraire emprunté : la Saône et le bon vieux canal Rhin-Rhône auquel l’usine mulhousienne est embranchée sans avoir exploité cette proximité jusqu’alors.

Les camions, eux, mettent seulement une demi-journée pour parcourir les 370 km. La direction du site n’est pas tombée sur la tête. Son choix a une explication : les pièces concernées ont besoin précisément de dix jours pour «maturer», c’est-à-dire prendre leurs propriétés finales après refroidissement.

Voyage quotidien cet automne ?

«Au lieu de les stocker chez nous tout ce temps, nous utilisons ce délai incompressible pour les transporter», souligne Marie-Claire Derycke, responsable environnement de l’usine. «La péniche remplace dix camions», ajoute t-elle. De plus, alors que les poids-lourds camions repartent vides, les péniches reviennent remplies de ferrailles vers Sept-Fons qui les refond.

Le premier chargement avait valeur de test avant généralisation. Si les résultats, a priori concluants, se confirment, le flux pourrait devenir quotidien cet automne.

Crédit photo: PSA Mulhouse

Commentez !

Combien font "8 plus 10" ?