BANQUE. Un nouveau plan de restructuration va bouleverser la présence de la Banque de France dans les régions.

A l’horizon 2020, la banque centrale de la France ne maintiendra plus qu’une seule implantation permanente, en principe dans la capitale régionale (*) et qui centralisera toutes ses missions.

En Bourgogne, l’antenne économique de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), située au cœur du tissu industriel de la Bourgogne est menacée de fermeture.

Pourtant, elle assure des missions et un volume d’activité qui justifieraient son maintien.

L’expertise financière de ses 24 agents, reconnue par tous, s’avère inappréciable pour l’octroi des différentes aides économiques aux entreprises.

Mais pas seulement…

Positionnez votre curseur sur les photos pour lire les légendes et cliquez dessus pour les agrandir.

Les 24 personnels de l’antenne économique de la Banque de France, basés à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), veulent échapper, comme en 2003, au nouveau plan de restructuration qui les menace de disparition pure et simple.

Ils se battent pour convaincre leur direction générale de porter de neuf à dix le nombre d’antennes qui seront conservées après 2016, sur un total actuel de vingt et une.

Selon les représentants CGT et Syndicat National Autonome (SNA), la localisation de cette succursale et son volume d’activité plaident en ce sens.

Implantée au cœur du poumon industriel et commercial de la Bourgogne, elle sert de relais inappréciable pour conseiller les collectivités locales dans l’octroi des différentes aides économiques aux entreprises, notamment pour les primes à l’installation.

Plus de 3000 bilans analysés

«Avec la gestion complète des fonds européens accordés aux conseils régionaux, nous n’en serons que plus utiles», indique un syndicaliste du SNA. Il enfonce encore plus le clou avec la future banque régionale d’investissement.

«Je rappelle qu’Arnaud Montebourg, aujourd’hui ministre du Redressement Productif et ancien homme fort du département de Saône-et-Loire (**), avait indiqué l’importance de notre expertise économique auprès de ce futur soutien financier des PME», ajoute t-il.

L’antenne, avec 2960 bilans analysés par an, se situe par ailleurs à la limite fixée, par le gouverneur de la Banque de France, des 3000 bilans pour demeurer en place. Mais si l’on comptabilise les 300 études ponctuelles qu’elle effectue sur de plus petites entreprises locales, elle dépasse largement le seuil fatidique.

Reste comme dernier argument de poids, tout le travail réalisé depuis 2008 dans la  mission de médiation du crédit. À la fin août dernier, 400 entreprises départementales étaient concernées et 376 dossiers acceptés. Ce qui représente un encours de crédit de 35 millions d’€.

«Dans une conjoncture de crise à répétition, cette proximité que nous avons dans les tissus économiques locaux justifie pleinement notre présence sur le terrain», assure Denis Durand, responsable national du syndicat CGT de la Banque de France.

Dans l’introduction d’un communiqué qui détaille son plan de restructuration, la Banque de France ne dit d’ailleurs pas autre chose :

«La Banque de France s’est fortement mobilisée au service de l’économie et de la Nation dans le contexte de la crise financière. Elle a contribué à la stabilité monétaire et financière, au centre de ses missions, en particulier grâce à sa connaissance approfondie du tissu économique qui découle de la densité exceptionnelle de son réseau».

Comprenne alors qui pourra concernant les antennes économiques comme celle de Chalon-sur-Saône…

(*) Dijon pour la Bourgogne, Besançon pour la Franche-Comté, mais Strasbourg, Colmar et le maintien de l’antenne économique de Mulhouse en Alsace.

(**) Ancien député de Saône-et-Loire et président du conseil général.

Crédit photo: Traces Ecrites et en cliquant sur le lien suivant  : La Banque de France, visite virtuelle

1 commentaire(s) pour cet article
  1. maxdit :

    La BDF affiche 15 000 salariés au compteur, ne publie pas son rapport social (trop explosif pour le commun des salariés). La banque d'Angleterre qui gère encore sa monnaie indépendante de l'euro n'a que 1 800 salariés. Lire également le rapport de la cour des comptes sur la banque de France.

Commentez !

Combien font "8 plus 2" ?