Pascal Denis, PDG de Vernet Behringer, explique les raisons de son adossement complet à son partenaire d’outre-Rhin et presque homonyme : Behringer. Il s’agit ici d’une entente voulue, comme partagée, dans une conjoncture économique très particulière et liée à la préservation du savoir-faire unique de l’entreprise dijonnaise.

Petite précision historique liminaire : si l’industriel Vernet Behringer, dernier fabricant français de machines-outils pour les charpentiers-métalliques, pylôniers et serruriers-métaliers, porte aussi le nom de son repreneur : l’ETI allemande Behringer, c’est parce que cette......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "2 plus 7" ?