Une des lignes de production qu'utilisait Novatech Systems.
Une des lignes de production qu'utilisait Novatech Systems.

ELECTRONIQUE. Le tribunal de commerce de Dijon vient de prononcer la liquidation de cette filiale du groupe Novatech Industries, concepteur de solutions en électronique, et qui emploie encore 91 personnes à Genlis (Côte-d'Or).

Les trois autres sites bretons ne semblent pas affectés, même si certains subissent une baisse d’activité.

Le chiffre d’affaires du groupe s’est toutefois considérablement rectracté depuis 2010.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Par une liquidation judiciaire décidée lors d’une audience du tribunal de commerce de Dijon ce mardi 25 mars, Novatech Systems, implantée à Genlis (Côte-d’Or), achève une lente descente aux enfers, soldée par le licenciement des 91 derniers salariés.

Depuis son rachat à Thomson pour 1000 € fin 2008, par le groupe coté Novatech Industries, concepteur de solutions électroniques, l’entreprise qui comptait alors un effectif de 200 personnes, n’a jamais pu trouver le volume d’activité nécessaire pour s’en sortir.

Tout semblait pourtant bien parti au départ. Thomson avait épaulé financièrement l’entreprise à hauteur de 18 millions d’euros sous la forme d’un prêt et lui avait parallèlement confié un contrat dégressif sur trois ans pour ses décodeurs.

« Cela devait permettre de trouver de nouveaux contrats pour d’autres types de production et rien n’a été vraiment fait en ce sens », regrette Sylvie Bailly, déléguée CFDT et secrétaire du CE.

Rien n’est plus faux pour la direction du site qui assure avoir restructuré l’activité, formé le personnel et décroché 35 clients.

« Nous avons vécu de malchance avec déjà la mise sous sauvegarde de Thomson, puis successivement la délocalisation d’un spécialiste des routeurs informatiques en Roumanie, l’abandon par BiC d’un important projet d’ardoises (100 000 unités annuelles) pour un concurrent, la liquidation d’un client dans la géolocalisation et la chute de commandes de FagorBrandt liée à ses difficultés », explique t-elle.

Le site de Novatech Systems à Genlis (Côte-d'Or).
Le site de Novatech Systems à Genlis (Côte-d'Or).

Défaillance du seul repreneur potentiel

Ces déconvenues commerciales conduisent Novatech Systems à se placer l’été dernier en redressement judiciaire et engager un plan de sauvegarde de l’emploi affectant 95 personnes.

 «L’inspection du travail a refusé que dix d’entre elles soient licenciés au titre de leur statut de salariés protégés », précise la direction.

Faute de candidat à la reprise, mais grâce au remboursement d’un trop-perçu de 2,8 millions de TVA, le fabricant de systèmes électroniques et son administrateur judiciaire bénéficient d’un bol d’air pour rechercher un repreneur.

Un seul se déclare en début d’année, qui n’entend garder que 30 salariés en raison des charges d’exploitation et, finalement aurait renoncé « pour ne pas avoir à conserver 10, voire 13 salariés protégés ».

Cette situation obère t-elle l’avenir du groupe Novatech Industries ? Ce n’est pas certain sur ses trois autres sites bretons.

Le site Novatech Technologies à Pont-de-Buis (Finistère).
Le site Novatech Technologies à Pont-de-Buis (Finistère).

Celui de Novatech Technologies, à Pont-de-Buis (Finistère), emploie plus de 220 personnes et produit pour des secteurs porteurs : l’aéronautique, la défense, le médical et les télécoms.

Echaudés toutefois par la situation de Genlis, les représentants locaux du personnel viennent de demander la réunion d’un comité d’entreprise extraordinaire.

Les deux unités des Côtes-d’Armor, à Lannion, le siège social, et Ploumilliau (110 salariés) souffrent de la dépendance au fabricant d’électroménager FagorBrandt pour sa division cuisson mais s’appuie sur un portefeuille diversifié de clients, dans la géolocalisation, le médical et les systèmes de puissance.

Reste que le groupe d’électronique subit une chute régulière de son chiffre d’affaires. Alors qu’il affiche toujours sur son site Internet 96 millions d’euros réalisés en 2010, il ne serait plus que de 65 millions aujourd’hui.

Crédit photos : Novatech.

 

Commentez !

Combien font "7 plus 2" ?